livre_plenel.png"Il y a un problème de l'islam en France", n'hésite pas à proclamer un académicien (A. Finkielkraut), regrettant même "que l'on abandonne ce souci de civilisation au Front national". À cette banalisation intellectuelle d'un discours semblable à celui qui, avant la catastrophe européenne, affirmait l'existence d'un "problème juif" en France, ce livre répond en prenant le parti de nos compatriotes d'origine, de culture ou de croyance musulmanes contre ceux qui les érigent en boucs émissaires de nos inquiétudes et de nos incertitudes. L'enjeu n'est pas seulement de solidarité mais de fidélité. Pour les musulmans donc, comme l'on écrirait pour les juifs, pour les Noirs et pour les Roms, ou, tout simplement, pour la France.
« Si l'antisémitisme resurgit périodiquement, en relation avec les événements du Proche-Orient, s'il mine toujours une partie de notre société, il ne figure plus dans le discours des responsables publics. Et lorsque c'est le cas, on parle de "dérapage". Rien de tel avec l'islamophobie, qu'un éditorialiste très établi pouvait, en 2003, revendiquer comme une légitime "opinion". Et lorsqu'on demande à Manuel Valls, encore ministre de l'Intérieur, quels sont les trois défis des dix prochaines années, il cite "l'immigration, la comptabilité de l'islam avec la démocratie, et le regroupement familial". C'est à dire, à peu de choses près, trois fois l'islam » (Denis Sieffert, Politis, 25/09/2014).