sarkozy_fillon.jpg« Fillon a sollicité l’Élysée pour accélérer les poursuites judiciaires contre Sarkozy. » L'information nourrit aujourd'hui une polémique vaudevillesque. Mais la question de savoir qui est le maître des intrigues, lequel est le plus cynique ou manipulateur, n'a d'intérêt que pour le microcosme politique. Le scandale est ailleurs : il tient au caractère parfaitement plausible de cette information.
Elle est d'abord plausible parce que, M. Sarkozy étant président et M. Fillon premier ministre, les immixtions du pouvoir dans le cours de la justice ont été nombreuses et assumées. Un nombre considérable de dossiers ne suivait pas son cours normal, dont le Syndicat de la magistrature a dressé la liste dans une "lettre ouverte à ceux qui feignent de croire à l'indépendance du parquet". Même le procureur général de la Cour de cassation faisait part, lors d'une audience de rentrée, de sa très vive inquiétude : il parlait d'un parquet en situation de coma dépassé. Que M.Fillon ait gardé l'opinion que le parquet est aux ordres du pouvoir n'aurait donc rien de surprenant.

Photo : francetvinfo.fr