racisme.jpgAprès 4 années de baisse consécutive, l’indice longitudinal de tolérance en France marque une stabilisation, voire une légère progression vers plus de tolérance.
Cette légère progression vers plus de tolérance est intéressante alors que l’année 2014 ne présente pas un contexte favorable qui pourrait l’expliquer. On peut donc se demander si l’indice n’a pas atteint un « plancher », c’est‐à‐dire qu’il pourrait indiquer la part de français qui résistent aux messages racistes ou xénophobes quelles que soient les circonstances.
Toutefois, si la tolérance générale a progressé, il en va autrement de l’acceptation de certains groupes. Ainsi, des points de crispation persistent, voire s’aggravent : les résultats du sondage de 2014 font ressortir une revitalisation des vieux clichés antisémites, une persistance des préjugés anti‐Roms, un rejet des pratiques liées à l’islam dans leurs manifestations tant dans l’espace public que dans la sphère privée, et chez certains, une acception dévoyée de la laïcité comme devant faire rempart à l’islam.

Illustration : ldh-france.org