La façon de faire la police n’est pas la même dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville et dans le reste du territoire. Nous allons produire ici quelques données qui nourrissent la réflexion sur le constat. En analysant les statistiques de police et de gendarmerie dans plusieurs dizaines de communes d’Île-de-France, nous avons, en effet, constaté d’abord que ces chiffres (qui résultent de l’enregistrement des procès-verbaux pour crimes et délits) diffèrent totalement selon les territoires, ensuite que ces différences procèdent non pas simplement de dissemblances en matière de comportements parmi les populations des quartiers populaires, mais repose aussi sur les façons de faire de la police.
Lire cet article dans Metropolitiques