Dans la séquence médiatique réactionnaire ayant suivi l’assassinat de Samuel Paty et l’attentat de Nice, on a assisté à un phénomène édifiant : la promotion médiatique quotidienne de l’ex chef d’état-major des armées, Pierre de Villiers. À la faveur d’un livre publié le 14 octobre, le militaire est invité partout. Les journalistes ont ainsi pris prétexte de cette publication pour solliciter son avis sur les stratégies « guerrières » à mettre en œuvre contre « l’islamisme ». Et pour plébisciter, en fanfare, un potentiel candidat en 2022... L’ancien général serait une incarnation de l’ordre et de l’autorité à la fois perdus et souhaités par « les Français » : c’est ce qu’affirment de concert les chiens de garde. À moins qu’avec cette nouvelle séquence, exemplaire de la construction d’un produit médiatique, ces derniers nous racontent surtout beaucoup d’eux-mêmes.