La loi du 11 février 2005 a posé comme principe de base l’accueil en milieu ordinaire des enfants handicapés au nom de l’égalité des droits. La notion d’inclusion s’est substituée à la notion d’intégration et, de fait, la présence d’enfants handicapés a augmenté fortement dans les établissements ordinaires, même si les obstacles restent nombreux, particulièrement au-delà de l’école primaire.
Pour autant, on ne saurait se satisfaire de la seule augmentation de la fréquentation en milieu ordinaire. L’accessibilité ne doit pas être seulement physique, mais éducative au sens large du terme, c’est-à-dire la construction du lien social. Ceci relève d’un engagement de l’ensemble des acteurs scolaires et d’une politique globale d’établissement.