jeudi, septembre 20 2018

Parcoursup : un collectif de syndicats et associations demande l'abrogation de la loi ORE

20 09 2018

A la rentrée de septembre 2017 avec APB, il restait 6 000 bacheliers sans affectation ; à la rentrée 2018, ils étaient 9 000 recensés par le ministère. Mais ils étaient également 40 000 sur liste d’attente et 70 000 à avoir une place mais à espérer d’autres réponses, donc non satisfaits, et 180 000 à être sortis du dispositif, en abandonnant Parcoursup. Ces candidats se sont résignés et ont renoncé aux études supérieures, ou sont allés remplir les caisses de l’enseignement privé, véritable gagnant de l’opération. Contrairement à APB, Parcoursup ne permet pas de quantifier le nombre d’étudiants qui ont vraiment la place de leur choix, puisque le gouvernement a obstinément refusé de leur faire renseigner leur premier vœu, donc de le prendre comme critère d’affectation.

mercredi, septembre 19 2018

La CNIL alerte sur la multiplication des nouveaux usages des technologies de surveillance

19 09 2018

Ecrans_de_surveillance.jpgLa CNIL a constaté ces derniers mois le développement rapide de nouveaux outils de captation et de nouvelles modalités d’exploitation de la vidéoprotection dans l’espace public. Ces technologies, sur lesquelles la CNIL est de plus en plus sollicitée, s’inscrivent dans une optique de prévention ou de répression des troubles à l’ordre public. La légitimité de cet objectif ne peut en tant que telle être contestée. Mais ces dispositifs, qui s’articulent parfois avec des technologies de big data, soulèvent des enjeux importants pour les droits et libertés individuelles des citoyens. Il est aujourd’hui impératif que des garde-fous soient prévus afin d’encadrer les finalités pour lesquelles ces dispositifs peuvent être déployés et prévenir tout mésusage des données traitées par leur biais.

Photo : nato.int

mardi, septembre 18 2018

La police et les indésirables

18 09 2018

Policiers_dans_un_quartier.jpgEn décembre 2015, dix-huit adolescents et jeunes adultes du 12e arrondissement de Paris déposaient une plainte pénale collective à l’encontre de onze policiers d’une même brigade : le Groupe de Soutien de Quartier (GSQ), surnommé la « brigade des Tigres » du fait de son écusson. Les plaignants reprochaient aux policiers des violences physiques, des attouchements sexuels, des arrestations arbitraires, des destructions de biens et des injures racistes, à l’occasion de contrôles d’identité.
La plainte a donné lieu à une enquête qui n’a pas seulement porté sur les faits dénoncés mais a également interrogé les pratiques quotidiennes de cette brigade, et les instructions qui lui étaient données. Au delà des faits de violence, l’enquête de la police des polices a révélé une pratique policière jusqu’ici peu connue, que les policiers appellent le « contrôle-éviction ». Il s’agit de contrôles d’identité dont l’objectif est de faire quitter les lieux à des personnes considérées comme « indésirables », même en l’absence d’infraction.

Photo : ladepeche.fr

jeudi, septembre 13 2018

L’Europe et le spectre des migrations subsahariennes

13 09 2018

L’Europe doit-elle se préparer à une « ruée » prochaine de migrants subsahariens ? Cette prophétie repose sur un modèle de vases communicants qui méconnaît trois données de base :
1/ comparée aux autres régions, l’Afrique subsaharienne émigre peu, en raison même de sa pauvreté ;
2/ lorsqu’elle émigre, c’est à 70 % dans un autre pays subsaharien ;
3/ si l’on intègre les projections démographiques de l’ONU, les migrants subsahariens occuperont une place grandissante dans les sociétés du Nord mais resteront très minoritaires : environ 4 % de la population vers 2050 – très loin des 25 % annoncés par certains.

mardi, septembre 11 2018

Le roman vrai de la mafia du CO2

11 09 2018

Livre_Fabrice_Arfi.jpgA l’origine, il y a, à Paris, la trajectoire de deux gamins des rues de Belleville, Samy et Marco, qui ont arrêté l’école avant même d’avoir mué. Leur existence faite de débrouillardise et d’instinct de survie les oblige à comprendre plus vite que n’importe qui que la seule prospérité possible pour eux se situe en dehors du Code pénal. A l’autre bout de la ville et de l’échelle sociale : un jeune homme des quartiers huppés. Un blouson doré. Il s’appelle Arnaud. Son rêve est de devenir Gordon Gekko, le héros de Wall street, le film d’Oliver Stone.
Ensemble, Samy, Marco et Arnaud vont réussir à tromper l’intelligence la plus diplômée du pays, celle de polytechniciens et énarques qui ont travaillé à la mise en place d’une bourse financière aux nobles aspirations : lutter contre le réchauffement climatique. Il en résulte la plus grande escroquerie de l’histoire de France. Au moins deux milliards d’euros détournés au nez et à la barbe de l’Etat sur le dos du droit à l’environnement et du capitalisme de casino.

lundi, septembre 10 2018

Les secrets bien gardés de la finance internationale

10 09 2018

Livre_Harrington.jpgQui sont les gestionnaires de fortune (« wealth managers ») ? En quoi consiste leur métier ? À l’heure de l’accroissement des inégalités dans le monde, Brooke Harrington s’intéresse à ces acteurs clés du système de gestion, d’accumulation et de circulation du capital.
Ce livre offre une plongée passionnante dans un monde peu connu du grand public et sur lequel peu de travaux existent, car il est particulièrement malaisé d’obtenir des informations sur ces hommes de l’ombre. Cette difficulté ne tient pas seulement à la complexité des enquêtes sur les classes supérieures, mais aussi au culte du secret qui caractérise cette profession, encore accru ces dernières années par le sentiment qu’ont les gestionnaires de fortune de faire l’objet d’attaques, de la part d’organisations comme l’OCDE, très critique, et de la presse, à travers la révélation d’une série de scandales financiers – des « Offshore Leaks » en 2013 aux « Paradise Papers » en 2017, en passant par les « LuxLeaks » en 2014 et les « Panama Papers » en 2016.

dimanche, septembre 9 2018

Les agressions sexuelles, les atteintes sexuelles, et la loi du 3 août 2018

9 09 2018

C'est un euphémisme de dire que les débats autour de l'élaboration d'une nouvelle loi relative à diverses formes de violences sexuelles ont été vifs. La loi, datée du 3 août 2018, a été récemment publiée au journal officiel (texte intégral ici), et les commentaires ont de nouveau été nombreux.
Ce que remarque immédiatement le juriste, c'est le nombre de commentaires ne correspondant pas à la réalité du contenu de la loi. C'est pourquoi, qu'il s'agisse d'incompréhension du texte ou de mauvaise foi délibérée, il semble nécessaire d'expliquer le plus simplement possible, notamment au regard du cadre juridique antérieur, quels sont les effets de cette nouvelle loi et ce que contient le nouveau cadre juridique.

jeudi, septembre 6 2018

Enquête sur cette haute fonction publique qui a pris le pouvoir

6 09 2018

La_caste.jpgL’accession au pouvoir d’Emmanuel Macron n’est pas seulement la conséquence d’un séisme historique, qui a vu l’implosion du Parti socialiste et du parti Les Républicains. C’est aussi l’aboutissement de l’histoire longue de la haute fonction publique, qui a cessé de défendre l’intérêt général pour se battre en faveur de ses seuls intérêts.
Pour comprendre cette sécession des élites publiques et décrypter les débuts du nouveau quinquennat, il faut savoir comment la caste a d’abord réalisé, grâce aux privatisations, un hold-up à son profit sur une bonne partie du CAC 40 ; puis comment, par le jeu des pantouflages ou de rétropantouflages, elle est parvenue à privatiser quelques-uns des postes clés de la République jusqu’à porter l’un des siens au sommet de l’Etat. C’est cette enquête que La Caste s’applique à mener, en dressant l’état des lieux du système oligarchique français ; en se plongeant dans les combats engagés par les défenseurs de la République pour que celle-ci dispose enfin d’une haute fonction publique conforme à ses valeurs.

mercredi, septembre 5 2018

La Fabrique de la radicalité. Une sociologie des jeunes djihadistes français

5 09 2018

La_fabrique_de_la_radicalite.jpgL’inquiétude produite par les attentats récents et par le départ de centaines de jeunes vers la Syrie a suscité un déferlement d’analyses, dont le caractère foisonnant masque l’absence quasi complète de données à grande échelle sur ceux qui épousent la cause djihadiste. C’est cette lacune que vient combler cette enquête, la plus fouillée à ce jour sur le sujet. Fondée sur l’étude systématique de 133 dossiers judiciaires de mineurs poursuivis pour des affaires de terrorisme ou signalés pour « radicalisation », elle permet d’appréhender la manière dont les situations familiales, les relations avec les institutions, les cursus scolaires ou la socialisation entre pairs façonnent les appropriations de l’idéologie djihadiste.
L’enquête révèle ainsi des types de radicalité différents, de la rébellion contre les familles ou les institutions à un engagement pour faire advenir une nouvelle utopie politique et religieuse. À rebours des clichés sur les « délinquants terroristes », cet engagement peut aussi concerner des jeunes issus de familles stables, doués à l’école et sans passé judiciaire. De façon troublante, c’est aussi le rôle que les réponses institutionnelles peuvent parfois jouer que ce travail met au jour.

dimanche, septembre 2 2018

Un village sous influence. Ou l'école de la délinquance de nos élus

2 09 2018

Un_village_sous_influence.png« Ce qui me tue, c’est Woerth ! Tous ces gens-là, maintenant, ils me dégoûtent. On parle de sous-préfets, de préfets ! On est quoi là-dedans ? Un petit prof, c’est tout. On veut s’attaquer à quoi ? Carrément à l’État. » Jamais je n’avais imaginé qu’un jour j’entendrai de tels propos de capitulation de la bouche de « mon » maire. Près de dix années d’une complicité indéfectible dans notre travail d’élus locaux pour en arriver là.
Nicolas Tavernier, adjoint au maire d’un petit village français, vient de démissionner. Ce livre relate les dysfonctionnements de notre démocratie locale. On y découvre comment sont adoptés des budgets incohérents, comment on finance une coquille vide à coups de centaines de milliers d’euros, comment les lobbies mettent au pas les « grands élus locaux », de droite comme de gauche.

samedi, septembre 1 2018

« Guerilla », sinistre caricature islamophobe

1 09 2018

peur_de_l__islam.jpgLe succès éditoral de Guerilla ne faiblit pas. Parti sur les chapeaux de roues (30.000 exemplaires ont été écoulés le mois de sa sortie), le livre marche toujours aussi bien deux ans après, figurant encore dans le peloton des 1000 premières ventes sur Amazon. Comment expliquer ce phénomène ? Bien que le roman ait largement bénéficié de l’intérêt et du soutien des médias au moment de sa sortie en tout cas ceux ancrés à droite (contrairement à ce qu’affirme l’auteur) ainsi que des réseaux islamophobes ou identitaires, le buzz ne fait pas le best-seller, loin s’en faut. Invoquer ses qualités littéraires intrinsèques ? À vrai dire, elles font plutôt défaut. Au lieu du choc annoncé dans de la bande-annonce tapageuse et racoleuse dont les sulfureuses éditions Ring se sont fait une spécialité, c’est plutôt du toc qui attend le lecteur. Écrit à l’emporte-pièce, décousu et morcelé, passant d’un personnage à un autre sans unité d’ensemble, le roman se contente d’aligner avec complaisance scènes de pillages, de lynchages et de meurtres jusqu’à l’écoeurement.

Photo : nantes.indymedia.org

vendredi, août 31 2018

De quoi les pauvres ont-ils besoin ?

31 08 2018

Que faire pour réduire la pauvreté ? Dans ce domaine, comme dans d’autres, les plans se succèdent et n’ont jamais eu beaucoup d’impact. Ils n’en auront pas davantage demain. Même établis avec la meilleure volonté du monde, leur objectif premier est de communiquer sur le fait que l’exécutif est à l’action. La preuve ? Le plan anti-pauvreté du gouvernement, qui devait être présenté en juillet (et même en avril à l’origine) a été repoussé en septembre (voir encadré). Contrairement aux baisses d’impôts des plus aisés, la pauvreté peut attendre.

dimanche, août 26 2018

Les plastiqueurs. Une histoire de l'extrême droite violente

26 08 2018

Les_plastiqueurs.jpgLe 21 mai 2013, Dominique Venner, figure de l’extrême droite nationaliste et violente, se suicide dans la cathédrale Notre-Dame de Paris. Celui qui fut un adepte du plastic lors de la guerre d’Algérie et le précurseur de la théorie du « grand remplacement » espérait réveiller les consciences face aux « périls » migratoire et identitaire. Durant des années, Venner fut le héraut de cette droite activiste qui s’adonna à l’action violente et au terrorisme en bénéficiant bien souvent de la clémence des plus hautes sphères de l’État.
C’est l’histoire de cette « droite délinquante » que retrace Frédéric Charpier. Des bombes de l’OAS aux coups de poing des skins néonazis, de l’assassinat de Pierre Goldman à la mort de Clément Méric, on suit une nébuleuse où se côtoient, pendant des décennies, anciens de la Waffen-SS et de la collaboration, braqueurs, mercenaires, chefs d’entreprise, policiers, hommes politiques ou encore agents du renseignement, tous excellant dans l’assassinat, le hold-up ou le plasticage. Et cette histoire n’est pas terminée.

mardi, août 21 2018

Contrebande : les coups fumeux des douanes

21 08 2018

Saisie_cigarettes_de_contrebande.jpgLibération révèle comment la haute hiérarchie des douanes a utilisé les services d’un trafiquant pour importer des centaines de tonnes de cigarettes de contrebande afin de gonfler ses chiffres de saisie.
Pendant des années, il a permis à la douane de réaliser ses plus belles affaires. Zoran P., 52 ans, est considéré comme un des meilleurs indics de l’histoire de la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED). Grâce à lui, ce service a saisi des dizaines de tonnes de contrefaçons, médicaments, café, armes et surtout cigarettes. Mais en contrepartie, il était autorisé à faire passer ses propres cargaisons sans jamais être inquiété. Un système couvert et encouragé par la plus haute hiérarchie du renseignement douanier.

Photo : liberation.fr

dimanche, août 19 2018

L’impact des paradis fiscaux sur la dégradation de l’environnement

19 08 2018

Les flux financiers venus des paradis fiscaux contribuent à la détérioration de l’environnement. C’est ce qui montre une étude sur le financement de la déforestation pour produire du soja et du bœuf en Amazonie au Brésil et sur les navires impliqués dans la surpêche conduite par le Stockholm Resilience Center publiée dans la revue scientifique Nature. Il en ressort que 68 % des investissements étrangers, soit plus de 18 milliards de dollars entre 2000 et 2011 dans 9 compagnies brésiliennes du soja et de la viande bovine, 2 activités responsables de la déforestation de l’Amazonie, proviennent de paradis fiscaux. Près de 90 % de ces fonds proviennent des îles Caïmans.

- page 1 de 180