dimanche, avril 23 2017

Pour réduire les inégalités à l’école, repenser le rapport au savoir

23 04 2017

ecole.pngDe nombreuses pistes ont été explorées quant à la lutte contre ces inégalités : réduire de façon ciblée la taille des classes, lutter contre la ségrégation voire l’apartheid scolaire, combattre les inégalités économiques (notamment les inégalités d’accès au logement), s’opposer à la logique de concurrence des marchés scolaires (entre établissements). Les pistes d’action sont bien connues, ne manque que la volonté politique.
Il existe une piste rarement évoquée, celle des inégalités d’apprentissage liées à la façon dont le rapport au savoir se construit. Il faut tout d’abord penser l’école pour celles et ceux qui, pour l’essentiel, n’ont que l’école pour apprendre les savoirs formels. Les activités d’apprentissage doivent être conçues pour que l’école fournisse à tous les élèves les moyens de les réussir.

Illustration : ac-grenoble.fr

vendredi, avril 21 2017

Rebondissement dans l'immense affaire (Pétrobas) de corruption au Brésil

21 04 2017

le_geant_petrolier_petrobras.jpgLe Tribunal suprême fédéral (TSF), la plus haute juridiction du Brésil, a annoncé mardi 11 avril l’ouverture d’une gigantesque enquête concernant au moins huit ministres du gouvernement et des dizaines de députés et sénateurs. Le juge Edson Fachin, chargé de ce dossier explosif, s’intéresse à 108 personnalités. Toutes sont soupçonnées d’être impliquées dans le plus vaste scandale de corruption de l’histoire du pays. Dans les années 2000, le géant pétrolier Petrobras attribuait des marchés surfacturés à des entreprises de BTP (bâtiment et travaux publics). Ces contrats étaient octroyés par des dirigeants nommés par des hommes politiques, Petrobras étant une entreprise publique. Les pots-de-vin servaient ensuite à financer des partis de la coalition de centre gauche alors au pouvoir.

Photo : lemonde.fr

mercredi, avril 19 2017

Les devoirs à la maison : un facteur d’inégalité supplémentaire

19 04 2017

Enfants_allant_a_l__ecole.jpgUn rapport de l’Inspection générale le rappelait en 2008, la réglementation en matière de travail hors la classe au niveau du primaire est ambiguë. Les textes officiels qui s’y réfèrent depuis plus d’un demi siècle autorisent des interprétations très variables. Le premier facteur à prendre en compte si l’on veut comprendre ce « flottement » du cadrage officiel se situe au niveau de la définition même des devoirs.
Dans les différentes circulaires relatives au sujet depuis 1956, ceux-ci sont synonymes de travaux écrits. Une telle partition entre ce qui est supposé relever de l’oral ou de l’écrit laisse sans réponses toute une série de questions sur ce qu’implique par exemple « réviser une leçon » : faut-il reconstruire un plan, faire un résumé, surligner les mots-clefs, réaliser des schémas, etc. ?

Illustration : ac-grenoble.fr

vendredi, avril 14 2017

Le Canada ouvre la voie à la légalisation du cannabis

14 04 2017

canada_devant_le_parlement_d-ottawa.jpgEn campagne électorale, Justin Trudeau avait promis d’empêcher le cannabis de « tomber entre les mains des enfants et les profits entre celles des criminels » en autorisant et réglementant sa consommation. Après des mois de consultations, le premier ministre canadien a déposé jeudi 13 avril un projet de loi qui légalisera l’usage du cannabis à partir du 1er juillet et encadrera strictement la production et la vente de cette drogue.
Mais de nombreuses questions restent en suspens quant à l’application d’une loi qui suscite réactions et inquiétudes dans le milieu de la santé et dans les provinces et territoires qui en seront en bonne partie chargés. Le projet est « vague », plein d’incertitudes et ne prévoit aucun transfert fédéral aux autres niveaux de gouvernements, dénonce ainsi la ministre québécoise de la santé publique.

mardi, avril 11 2017

Sécurité, justice: examen critique des propositions de Hamon et Mélenchon

11 04 2017

Hamon_et_Melenchon.jpgAprès avoir examiné les programmes de Marine Le Pen, François Fillon et Emmanuel Macron dans l'article précédent, nous poursuivons et terminons ici notre revue critique avec l'analyse des programmes de Benoit Hamon et Jean-Luc Mélenchon.
Benoît Hamon, vainqueur de la primaire à gauche et allié au parti écologiste, présente un programme avec, d’emblée, une différence par rapport à François Fillon et Emmanuel Macron. Sur son site Internet, il présente en effet l’équipe qui l’a aidé à constituer ce projet. Le citoyen ordinaire peut ainsi savoir qu’il a été conseillé par le député Dominique Raimbourg sur les questions de sécurité, par l’ancien procureur de la République Eric de Montgolfier sur les questions de justice et par un tandem constitué du député Yann Galut et de l’ancienne magistrate devenue élue écologiste Eva Joly en matière de « lutte contre l’évasion fiscale ».

lundi, avril 10 2017

Sécurité, justice: examen critique des propositions de Le Pen, Fillon et Macron

10 04 2017

gendarmes_mobiles_manifestation_etiudiante.jpgEn raison notamment de l’« affaire Fillon », la campagne pour l’élection présidentielle de 2017 a été plus que jamais centrée sur les personnes, au détriment des idées et des programmes. Du coup, la société civile semble totalement absente des débats.
Nous allons analyser sous l’angle de la sécurité et de la justice (pénale) les principales propositions de ces cinq personnes et nous demander quels enseignements nous pouvons en tirer, voire quels futurs ils proposent de dessiner pour notre société. Dans un premier temps, nous procéderons à l’examen critique des grandes lignes des programmes, en allant de droite à gauche, sans aborder toutefois la question de la police du renseignement (sa coordination nationale et sa réimplantation territoriale) sur laquelle il existe un large consensus entre les candidats (ce qui n’est pas le cas de tous les autres sujets).

dimanche, avril 9 2017

Paniques identitaires et lepénisation des esprits

9 04 2017

Paniques_identitaires.pngFemmes en burkini suscitant des bagarres, cafés noyautés par des musulmans et « interdits aux femmes », viols effectués par cinquante individus musulmans à Francfort... Depuis quelques années, des informations inventées de toutes pièces ont pris de l’ampleur dans les grands médias, dans le but d’entretenir la peur d’un ennemi supposé menacer la nation et ses valeurs.
Ces paniques identitaires ne sont pas de simples rumeurs : elles apparaissent dans un contexte de défiance démocratique et sont relayées par des journalistes et des politiques, avant de s’évanouir du jour au lendemain. Mettant en scène le corps pur de la nation à protéger contre les Roms, les musulmans mais aussi l’héritage de Mai 68, la diversité, la « théorie du genre » et le communautarisme, ces paniques identitaires viennent nourrir le renouveau du nationalisme français, en train de se reformuler et d’occuper presque tout l’espace médiatique.


samedi, avril 8 2017

Les algorithmes : nouvelles formes de bureaucraties ?

8 04 2017

Algorithms_bureaucracy.pngPour Real Life? l’essayiste Adam Clair dresse une intéressante comparaison entre algorithme et bureaucratie. Les algorithmes sont paradoxaux rappelle-t-il : « ils sont conçus pour améliorer la prise de décision humaine en supprimant supposément ses biais et ses limites, mais les protocoles analytiques inévitablement réducteurs qu’ils mettent en œuvre se révèlent surtout vulnérables à des formes d’utilisation abusive. » Comme le dit très bien Cathy O’Neil dans son livre : loin d’être neutres et objectifs, « les algorithmes sont des opinions formalisées dans du code ».
Pour Adam Clair, derrière l’apparente complexité de leur code, les objectifs des calculateurs ne sont pas nouveaux : ils visent à concentrer le pouvoir dans des structures ordonnées et cohérentes, à l’image des bureaucraties. Comme celles-ci, les algorithmes tendent à être impénétrables, opaques, et à renforcer les injustices existantes.

Illustration : lemonde.fr

vendredi, avril 7 2017

Portiques de sécurité dans les lycées : la mauvaise idée

7 04 2017

Alerte_attentat.jpgDans un contexte de dissémination territoriale du risque terroriste, d’autres événements viennent accentuer les enjeux de sécurité des lieux scolaires, comme ceux récents au Lycée de Grasse : un élève y a fait irruption pour faire feu sur d’autres élèves, peut-être dans une logique de vengeance. Il n’y a aucun mort et les blessés ne semblent pas dans des états préoccupants. Mais cela relance la question de la sécurité dans les lieux scolaires. En réalité il n'est ni possible ni raisonnable de mettre des portiques de sécurité à l’entrée des collèges et des lycées.
Plus largement, cela pose la question de savoir s’il est possible et souhaitable de transformer les lieux scolaires en « forteresses » ? En fait, l’issue n’est plus uniquement dans les solutions de protection, y compris physique. La sécurité de tous dépend de la vigilance de chacun et de la revalorisation des comportements civiques.

Photo : theconversation.com

jeudi, avril 6 2017

Le bilan d'activité de la CNIL en 2016

6 04 2017

Logo_cnil_2.jpg(extraits de la présentation officielle) C’est indéniable, la protection des données n’a jamais été autant sur le devant de la scène qu’en 2016, et la CNIL est de plus en plus sollicitée, qu’il s’agisse des pouvoirs publics, des professionnels ou des particuliers. Au moment où de nouvelles missions lui sont confiées, elle doit aussi continuer à mener à bien ses missions « traditionnelles ». L’année 2016, c’est aussi l’aboutissement de trois textes majeurs pour la protection des données en France et dans le monde, auxquels la CNIL et ses homologues européens ont très activement participé.
La loi pour une République numérique du 7 octobre 2016 constitue incontestablement une avancée pour la protection des droits des personnes. Elle complète l’article 1er de la loi Informatique et Libertés et prévoit que : « Toute personne dispose du droit de décider et de contrôler les usages qui sont faits des données à caractère personnel la concernant, dans les conditions fixées par la présente loi. »

mercredi, avril 5 2017

Plan européen drogue 2017-2020 : les nouvelles politiques sur le cannabis

5 04 2017

cannabis-carte-europe.jpgAu moment où l'observatoire européen des drogues (OEDT) vient tout juste de présenter sa stratégie à l'horizon 2025, le bilan du dernier plan d’action drogue de l'UE a été rendu public et, d’après la Commission européenne, la mise en œuvre de ce plan est plutôt bon.
Un nouveau plan d'action 2017-2020 va donc être lancé dans le sillage du précédent. A noter que des études sont prévues sur les mesures prises actuellement à l’égard du cannabis dans le monde, au vu du débat dans certains États membres et au niveau international. L'évaluation du rapport 2013-2016 mentionne que l’absence de débat sur les politiques adoptées récemment à l’égard du cannabis a été soulevée par bon nombre des acteurs consultés dans le contexte de la rédaction de l'évaluation.

mardi, avril 4 2017

Loin des urnes. L’exclusion politique des classes populaires

4 04 2017

vote.jpgÀ chaque fois que les résultats d’une élection semblent déjouer les pronostics, les commentateurs de la vie politique tournent leur regard vers les « classes populaires ». C’est le cas en France, depuis l’accession du Front national au second tour de l’élection présidentielle en 2002 et le rejet du projet de constitution européenne en 2005, aux États-Unis lorsqu’il s’agit de comprendre la victoire de Donald Trump, ou en Europe à la faveur du Brexit et des succès réels ou attendus des partis d’extrême droite. Chacun de ces scrutins occasionne alors des débats parfois vifs sur les conséquences politiques de la précarisation des conditions de vie d’une frange croissante des classes populaires.

Photo : metropolitiques.eu

lundi, avril 3 2017

Le service militaire, objet de fantasmes politiques

3 04 2017

Entrainement_militaire.jpgOn n’en finit plus, dans cette campagne électorale, de débattre du service national obligatoire. Lors des primaires, à gauche et à droite, les candidats favorables à son rétablissement sous une forme ou sous une autre, ou à la fabrication d’ersatz du défunt service militaire, ont finalement été sortis. On se souviendra notamment du projet cocasse imaginé par Nicolas Sarkozy de confier les décrocheurs scolaires aux armées.
Emmanuel Macron est venu remettre le sujet sur le tapis en présentant son programme pour la défense, le 2 mars dernier, à Paris. Il y a fait une annonce fracassante : rétablir un service national universel d’un mois encadré par des militaires et des gendarmes. Un mois plus tard et quelques fluctuations langagières plus tard, on peine encore à savoir précisément ce que veut le candidat.

Photo : theconversation.com

jeudi, mars 30 2017

Y a-t-il trop de fonctionnaires en France ?

30 03 2017

hopital_en_lutte.jpgEn contexte électoral, il n’est pas rare que les affirmations péremptoires sur la nécessaire réduction du volume de la fonction publique se multiplient. À l’approche des présidentielles 2017, la « primaire de la droite et du centre » a ouvert le bal. Résultat : c’est le porteur de la proposition maximaliste qui l’emporta : François Fillon promet une diminution de 500 000 emplois dans la fonction publique entre 2017 et 2022 s’il était élu.
Ces promesses s’inscrivent non seulement dans la continuité des politiques de réduction ou de stabilisation des effectifs de l’État menées depuis le milieu des années 2000, mais aussi, et surtout, dans une longue tradition de dénonciation d’un nombre plus souvent fantasmé que véritablement mesuré.

Photo : laviedesidees.fr

mercredi, mars 29 2017

Actualité de la régulation du cannabis aux États-Unis

29 03 2017

plante_cannabis_2.jpgAlors que la substance reste interdite au niveau fédéral, huit États américains sur 50 (Colorado, État de Washington, Oregon, Alaska, Californie, Maine, Massachusetts, Nevada) ont depuis 2012 légalisé la culture, la vente, la détention et la consommation de cannabis à des fins récréatives à partir de 21 ans. Washington DC a pour sa part approuvé la légalisation de la possession et de la culture de cannabis pour usage personnel mais sans dispositions pour un marché régulé.
Ces changements dans le statut légal du cannabis « récréatif » interviennent alors que 29 États américains en autorisent déjà l’usage « thérapeutique ». Au total aujourd’hui, moins d’un État américain sur quatre applique la politique de prohibition du cannabis telle qu’elle est formulée par la loi fédérale américaine.

Photo : liberation.fr

- page 1 de 159