samedi, juin 16 2018

Vu du Canada c'est sans doute plus clair...

16 06 2018

Les_migrantns_se_noient.jpg

vendredi, juin 15 2018

« Trop de pognon » dans les aides sociales ? La face cachée du non-recours

15 06 2018

Le 29 mai, le ministre des comptes publics, Gérald Darmanin, estimait sur RTL qu’il y a trop d’aides sociales en France, distinguant les aides sociales utiles pour les « gens qui sont cassés par la vie » (Allocation aux adultes handicapés, Allocation de solidarité aux personnes âgées) des aides sociales qui entretiennent l’inactivité.
Le 12 juin, le président de la République, Emmanuel Macron, indiquait dans une vidéo filmée par son service de communication qu’« on met trop de pognon, on déresponsabilise et on est dans le curatif ».
Ces deux interventions dénotent une incompréhension profonde de notre protection sociale qui vise à sécuriser les parcours de vie par des mécanismes d’assurance (rôle intégrateur fort du travail) et de solidarité.

jeudi, juin 7 2018

Rapport européen sur les drogues 2018

7 06 2018

ligne_de_cocaine.jpgDans son "Rapport européen sur les drogues 2018: tendances et évolutions", l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (EMCDDA) souligne la disponibilité accrue de la cocaïne. Cette évolution s’inscrit dans le contexte d’un marché des drogues dynamique s’adaptant rapidement aux mesures de contrôle des drogues. Dans son analyse annuelle, l’agence se penche également sur les défis liés aux nouvelles substances psychoactives, comme la disponibilité de nouveaux opioïdes de synthèse (en particulier de dérivés très puissants du fentanyl), et les problèmes associés à l’usage de cannabinoïdes de synthèse dans des groupes marginalisés (notamment la population carcérale).

Photo : stopyouraddiction.com

mercredi, juin 6 2018

Affaiblissement de la loi littoral : nos côtes en danger d’urbanisation

6 06 2018

Le littoral fait toujours l'objet de nombreuses convoitises : pressions foncières importantes, urbanisation accélérée, projets économiques axés sur le tourisme… le tout au détriment du maintien des activités agricoles, maritimes locales respectueuses de l’environnement et des espaces naturels riches de leur biodiversité. Avec la loi « Littoral », la France a préfiguré et donné à voir ce que peut être une politique concrète de développement durable avec ses dimensions économiques, sociales et environnementales.
Depuis plusieurs années et particulièrement depuis un an, des parlementaires prônent l'assouplissement de la loi. Il s’agit en réalité de l'affaiblir, tout en feignant d'en louer les mérites. Telle est la scène qui s'est à nouveau jouée à l’Assemblée Nationale, selon un scénario bien au point : la rédaction d'amendements de dernière minute, non concertés, sans étude d'impact, discutés hâtivement. L’exact contraire, au fond, de ce que devrait être une démocratie participative. A l’occasion de l’examen du projet de loi ELAN, la commission des affaires économiques a donc adopté des amendements, permettant d'ouvrir des espaces naturels et agricoles littoraux à de nouvelles zones d'activités économiques et pôles d’urbanisation et de pouvoir y construire par exemple des centrales solaires, des plateformes logistiques ou encore des décharges.

mardi, juin 5 2018

De la nécessité d’instaurer un délit de négligence actionnariale

5 06 2018

Au-delà du scandale en lui-même, l’affaire Lafarge met en lumière des pratiques emblématiques des dérives contemporaines de la gouvernance actionnariale. La gouvernance de cette entreprise a été incontestablement défaillante : il aurait évidemment été sage de décider de fermer l’usine et d’évacuer le personnel.
L’analyse factuelle et juridique du dossier Lafarge révèle un trou béant dans le droit des sociétés. S’il est logique que la responsabilité des actionnaires soit limitée en son principe, il ne semble plus possible aujourd’hui d’accepter que des actionnaires soient inactifs ou passifs et puissent se satisfaire du seul versement de dividendes. Cette situation conduit certains dirigeants à prendre toujours plus de risques au détriment de l’entreprise, de l’environnement et des parties prenantes. Il est urgent de rappeler avec force que les actionnaires ont des obligations, dont la première est de contrôler la gestion des dirigeants de la société et de garantir le bon fonctionnement des organes de gouvernance.

lundi, juin 4 2018

La sexualité des moins de 15 ans n’est pas toujours contrainte

4 06 2018

La_sexualite_des_adolescents.jpgA l’occasion du vote du projet de loi sur les violences sexuelles et sexistes, les débats se sont focalisés sur l’article 2, adopté le 16 mai en première lecture par l’Assemblée nationale. L’article vient compléter les articles du code pénal qui disposent, depuis 1992, qu’une personne majeure peut être poursuivie « s’il est établi qu’elle a exercé sans violence, contrainte, menace ni surprise une atteinte sexuelle sur la personne d’un mineur de 15 ans ».
Dans un souci légitime de protection des mineurs, on postule ainsi que les adolescents de moins de 15 ans ne sauraient avoir des rapports sexuels consentis.
L’enjeu aurait assurément mérité une réflexion approfondie, associant chercheurs, juristes et professionnels des violences. En l’état, la nécessité de pallier juridiquement la difficulté à prouver la contrainte et les connaissances scientifiques incitent à retenir l’âge de 13 ans et non celui de 15 ans prévu dans le projet de loi en débat.

Illustration : moloch-auteur.com

dimanche, juin 3 2018

Les djihadistes de France face à la justice

3 06 2018

sas_prison.jpgCette étude, réalisée à partir de sources judiciaires originales, analyse les profils et les parcours de 137 individus condamnés en France dans des affaires de djihadisme. Il en ressort que ces individus se distinguent par un niveau d’éducation et une intégration professionnelle plus faibles, un degré de pauvreté plus important, un engagement dans la criminalité plus élevé et un rapport plus étroit au Maghreb et à l’Afrique subsaharienne que la moyenne de la population.
Au-delà des chiffres, une analyse qualitative permet de mieux comprendre les processus de radicalisation et de basculement dans le terrorisme. Les rôles joués par les dynamiques de groupe, Internet ou encore la prison sont détaillés. Cette étude permet également de mettre en lumière la manière dont le phénomène djihadiste pèse sur les administrations judiciaire et pénitentiaire.

samedi, juin 2 2018

Radicalité engagée, radicalités révoltées. Une enquête sur les mineurs suivis par la PJJ

2 06 2018

Rédigé après 18 mois de recherches et 133 dossiers de mineurs étudiés, ce rapport présente les conclusions d'une étude dans laquelle les chercheurs se sont intéressés aux différentes manières de s'approprier une forme de radicalisation et aux conditions sociales qui les produisent. Les conclusions de leur travail montrent que le profil des mineurs radicalisés ne correspond pas à tous les a priori associant très souvent radicalisation, précarité et délinquance. La recherche met en évidence d'autres mécanismes qui permettent de mieux comprendre les processus de radicalisation : il n'existe pas qu'un type de radicalité, mais plusieurs formes et ces dernières influent sur le type d'actes commis. Quatre formes de radicalités et deux profils sont distingués, les révoltés (les plus proches de la délinquance sont les plus éloignés des passages à l'acte les plus sérieux) et les engagés (radicalité utopique : sont le plus souvent perpétrés par des jeunes issus de familles stables, aux parcours scolaires prometteurs).

mardi, mai 29 2018

Un peuple calédonien ? Le référendum d’autodétermination en Nouvelle-Calédonie

29 05 2018

Statue_Nouvelle_Caledonie.jpg2018 est une date historique pour la Nouvelle-Calédonie. Conformément à l’accord de Nouméa (1998) signé entre les indépendantistes du Front de Libération Kanak et Socialiste, le parti loyaliste de l’époque et l’État français, un référendum d’autodétermination aura lieu le 4 novembre dans ce Pays d’Outremer français du Pacifique doté d’un gouvernement et d’un congrès votant des «lois de pays».
Après la fin du régime de l’Indigénat en 1946 et l’institution de la libre circulation, les Kanaks sont passés du statut juridique de sujets de l’Empire à celui de citoyens, mais sans pouvoir accéder pleinement aux leviers politiques et économiques du territoire. Leurs luttes pour l’indépendance débutent au cours des années 1970. La sortie par référendum de l’Accord de 1998 fait figure d’aboutissement de ce combat, dont une série d’accords politiques marque les jalons.

lundi, mai 28 2018

Criminalité : pour un « statut de coopérateur de justice »

28 05 2018

Le 3 mars, la cour d’assises d’Aix-en-Provence condamnait à trente ans de réclusion criminelle Eric Coppolani pour l’assassinat en bande organisée d’Antoine Nivaggioni en octobre 2010 à Ajaccio, en s’appuyant notamment sur le témoignage du premier repenti français. Ancienne petite main d’une bande de malfaiteurs, Patrick Giovannoni, qui avait obtenu ce statut de repenti dans une autre affaire, a été condamné à cinq ans de prison avec sursis pour complicité d’assassinat. Certains ont vu dans ce résultat le signe d’une réussite. Pourtant, les conditions dans lesquelles s’est déroulée l’audience ainsi que la définition même de ce statut posent question. Ce statut devrait avant tout permettre de résoudre des homicides liés à la grande criminalité qui impose la terreur et bénéficie d’une grande impunité.

Lire la suite...

dimanche, mai 27 2018

Protection de l’enfance et familles étrangères

27 05 2018

Livre_Lionel_Clariana.jpgAborder le rapport entretenu par un dispositif d’aide sociale à l’enfance et une population singularisée à partir de son statut, c’est postuler une relation paradoxale entre un système d’aide et de soutien à vocation universaliste – la protection de l’enfance – et des individus catégorisés à partir de leur origine et de leur situation administrative – la famille étrangère.
Les politiques migratoires, toujours plus restrictives, sont à l’origine d’une précarité structurelle croissante de l’étranger et d’une chronicisation du risque de danger pour le mineur dans sa famille. Pour répondre aux difficultés ou aux impossibilités d’accès aux dispositifs de droit commun, bénévoles, professionnels de l’enfance et services socio-éducatifs produisent des grilles de lecture spécifiques des problématiques familiales en fonction de l’origine et du statut. Le contexte politique contraint dans lequel ils évoluent implique alors une définition singulière de la notion de risque de danger et la construction de stratégies individuelles, professionnelles et institutionnelles particulières pour le traiter.

jeudi, mai 24 2018

Pourquoi la cour d'assises est une institution radicalement démocratique

24 05 2018

Cour_assises.jpgLe 20 avril 2018, Nicole Belloubet a présenté en conseil des ministres son projet de réforme pour la Justice qui prévoit l’expérimentation pour une durée de trois ans d’un tribunal criminel départemental qui peut se résumer à deux suppressions : celle du jury populaire et de l’oralité des débats. Ces renoncements semblent emporter l’adhésion d’une majorité de professionnels de l’institution judiciaire qui de loin, portent un regard négatif sur la cour d’assises. Elle serait désuète dans une société « high-tech » avec son décorum, ses rites et ses costumes. Elle serait luxueuse surtout. Dans un contexte de « temps contraint », de « lean-management », d’appauvrissement des services publics, avec le temps long de l’audience, les indemnités à verser aux jurés, témoins et experts, la justice ne pourrait plus s’offrir des dépenses aussi clinquantes. Elle serait enfin le nid de l’erreur judiciaire avec cette majorité de « juges d’un jour », non-professionnels, issus d’un peuple qu’on dit soumis à toutes les influences et manipulations : émotivité, idées reçues et effets de manche.

Lire la suite...

mercredi, mai 23 2018

Le retour régulier de la biologisation de l'intelligence et de la réussite scolaire

23 05 2018

1690466L’intelligence et la réussite scolaire sont-elles déterminées génétiquement ? Des recherches menées en génétique comportementale semblent abonder en ce sens, avec une héritabilité qui avoisinerait les 50 %. A la suite de ces résultats, Laurent Alexandre, président de l’entreprise DNAVision et chroniqueur au Monde supplément « Science et médecine..., a cru pertinent d’affirmer dans un hebdomadaire que « ce n’est pas parce qu’il y a des livres dans les bibliothèques des bourgeois que leurs enfants sont de bons lecteurs, c’est parce qu’ils ont reçu un bon patrimoine génétique », et que Bourdieu avait donc eu tort de nier l’importance de la génétique (ce qu’il n’a au demeurant jamais fait). Postulat (plus que) contestable.

Lire la suite...

mardi, mai 22 2018

La civilité urbaine, une nouvelle perspective pour la sécurité publique

22 05 2018

Le débat sur la sécurité se décline le plus souvent sur un mode binaire opposant la sécurité aux libertés, la répression à la prévention et l'autorité au laxisme. D’autres perspectives sont-elles imaginables ? La problématique des incivilités dans les espaces publics en ouvre une : récuser une préoccupation systématiquement alarmiste d’une part et, de l’autre, accepter de prendre la sécurité au sérieux. Ce rapport de Terra Nova propose une autre façon de cadrer la question sécuritaire pour y apporter des réponses adaptées.

samedi, mai 19 2018

Le ministre de l'Intérieur, symbole de la dérive du pouvoir ?

19 05 2018

FRANCE-POLITICS/Mediapart consacre sa Une samedi 19 mai 2018 au ministre de l'Intérieur Gérard Collomb et voit en lui "le symbole de la dérive du pouvoir". Quatre articles composent le dossier :

Photo : mediapart.fr

- page 1 de 177