Publications

Fil des billets

jeudi, septembre 21 2017

Intimité, sexualité : la vie privée des jeunes à l'épreuve de la prison

21 09 2017

EPM.jpgSouvent définis seulement par les actes qui les ont menés en prison, les jeunes détenus sont rarement interrogés sur leur vie affective, amoureuse et/ou sexuelle. Cette enquête qualitative originale, menée pendant un an dans cinq prisons pour mineurs en France métropolitaine, montre la diversité des expériences des filles et des garçons incarcérés en matière d’intimité et de gestion de la sexualité, dans et hors les murs. Elle souligne une grande proximité des parcours sexuels et affectifs de ces jeunes avec les « autres jeunes » de leur génération et de leur milieu social, bien que la détention produise des effets singuliers sur leurs parcours.

Photo : lefigaro.fr

samedi, septembre 2 2017

La « majorité silencieuse noire » à la genèse de l’État carcéral américain

2 09 2017

Black_Silent_Majority.jpgComme il le dit lui-même dans sa préface, l’auteur de Black Silent Majority, The Rockefeller Drug Laws and the Politics of Punishment (Harvard University Press), Michael Javen Fortner, n’a certes jamais été incarcéré mais, ayant grandi à Brownsville (Brooklyn) en pleine épidémie de crack dans les années 1980, sa famille a été directement affectée par son propre objet d’étude : son frère a effectué un très long séjour en prison et son autre frère est mort poignardé alors que lui-même avait à peine l’âge de marcher (p. ix).
Cet arrière-plan familial particulier n’empêche pas Javen Fortner, spécialiste de politiques urbaines à City University of New York, de proposer une analyse très détachée et méticuleusement documentée de la constitution historique du complexe industriel-carcéral aux États-Unis.

Lire la suite...

vendredi, mai 12 2017

L’intérêt d’être un humain est qu’on ne sait pas ce qui se passera dans 5 minutes

12 05 2017

Ethique.pngIl y a une grande différence conceptuelle et philosophique entre penser ce qu’est notre cerveau, apprendre à le préserver et extrapoler sur ce qu’on voudrait en faire. Il faut reprendre les bases. C’est un organe composé de 200 milliards de cellules, dont chacune est connectée à 50 000 autres. Sa complexité est non seulement immense, mais le cerveau évolue en plus selon l’âge et ce que l’on fait. Il n’y a aucune raison que l’on n’arrive pas, un jour, à connaître ses mécanismes de base puis son fonctionnement, autrement dit décrypter le code neural humain. Mais le rythme de nos progrès est modeste et cela pourrait prendre cinquante, voire cent ans.

dimanche, mai 7 2017

L’internationalisation du Tea Party vue par Justin Gest

7 05 2017

Livre_justin_gest.jpgThe New Minority : White Working Class Politics in an Age of Immigration and Inequality (Oxford University Press, 2016). C’est une dizaine de jours à peine après l’élection de Donald Trump et quatre mois après le Brexit que Justin Gest, spécialiste de sciences politiques à George Mason University (Washington D.C), a publié cet ouvrage comparatiste d’une brûlante actualité, d’une grande érudition, enfin d’une humanité qui pourrait paraître suspecte compte tenu de son objet d’étude : le ressentiment racial et l’anti-autoritarisme des "petits blancs" dans les villes de Youngstown (ville martyre de la désindustrialisation dans l’Ohio, chantée par Bruce Springsteen) et le bourg londonien de Barking & Dagenham.

Lire la suite...

dimanche, avril 9 2017

Paniques identitaires et lepénisation des esprits

9 04 2017

Paniques_identitaires.pngFemmes en burkini suscitant des bagarres, cafés noyautés par des musulmans et « interdits aux femmes », viols effectués par cinquante individus musulmans à Francfort... Depuis quelques années, des informations inventées de toutes pièces ont pris de l’ampleur dans les grands médias, dans le but d’entretenir la peur d’un ennemi supposé menacer la nation et ses valeurs.
Ces paniques identitaires ne sont pas de simples rumeurs : elles apparaissent dans un contexte de défiance démocratique et sont relayées par des journalistes et des politiques, avant de s’évanouir du jour au lendemain. Mettant en scène le corps pur de la nation à protéger contre les Roms, les musulmans mais aussi l’héritage de Mai 68, la diversité, la « théorie du genre » et le communautarisme, ces paniques identitaires viennent nourrir le renouveau du nationalisme français, en train de se reformuler et d’occuper presque tout l’espace médiatique.


jeudi, avril 6 2017

Le bilan d'activité de la CNIL en 2016

6 04 2017

Logo_cnil_2.jpg(extraits de la présentation officielle) C’est indéniable, la protection des données n’a jamais été autant sur le devant de la scène qu’en 2016, et la CNIL est de plus en plus sollicitée, qu’il s’agisse des pouvoirs publics, des professionnels ou des particuliers. Au moment où de nouvelles missions lui sont confiées, elle doit aussi continuer à mener à bien ses missions « traditionnelles ». L’année 2016, c’est aussi l’aboutissement de trois textes majeurs pour la protection des données en France et dans le monde, auxquels la CNIL et ses homologues européens ont très activement participé.
La loi pour une République numérique du 7 octobre 2016 constitue incontestablement une avancée pour la protection des droits des personnes. Elle complète l’article 1er de la loi Informatique et Libertés et prévoit que : « Toute personne dispose du droit de décider et de contrôler les usages qui sont faits des données à caractère personnel la concernant, dans les conditions fixées par la présente loi. »

vendredi, mars 24 2017

Punir, une passion contemporaine ?

24 03 2017

Punir_unne_passion_contemporaine.jpgDans son nouvel ouvrage, Punir. Une passion contemporaine, Didier Fassin nous invite à une réflexion sur les fondements du châtiment et ses usages dans nos sociétés contemporaines.
Le sociologue appréhende les approches philosophiques et juridiques de la peine à partir d’une double démarche généalogique et ethnographique, ce qui lui permet de rendre compte tant des assises des institutions répressives que de leurs enjeux concrets. Son essai de théorie critique repose sur un important matériau empirique composé des travaux que l’auteur a menés pendant dix ans sur la police, la justice et la prison, ainsi que les travaux étrangers, américains notamment.
De la sorte, Didier Fassin peut rendre compte des processus de construction de l’automatisme du lien entre le châtiment et l’infraction et son ancrage dans nos mœurs sociales et juridiques.

Lire la suite...

mardi, mars 21 2017

L'évaluation officielle de politique d'aide aux victimes

21 03 2017

Numero_aide_aux_victimes.jpgL’Inspection générale des affaires sociales (IGAS), l'Inspection générale des finances (IGF), l'Inspection générale de l'administration (IGA) et l'Inspection générale de la Justice (IGJ) ont remis un rapport sur l’évaluation de la politique publique d’aide aux victimes. Le rapport dresse le constat de nets progrès réalisés depuis un an, notamment en matière de gouvernance de la politique publique d’aide aux victime, de moyens consacrés à cette politique et d’accompagnement concrètement apporté aux victimes. Les inspecteurs pointent néanmoins le besoin d’une plus grande professionnalisation des acteurs et d’une plus grande homogénéité sur tout le territoire.

Illustration : gard.gouv.fr

vendredi, mars 10 2017

L’entreprise hors-la-loi ?

10 03 2017

Le_temps_du_monde_de_l__entreprise.jpgDumping juridique généralisé, droits de propriété monstrueux : échappant largement au droit, les entreprises ont su le détourner à leur profit, explique le juriste J.-P. Robé, qui plaide pour la réglementation juridique de ces formes inédites du pouvoir privé. Mais la mondialisation le permet-elle ?
Si l’entreprise n’a pas d’existence juridique, elle a su détourner le droit des individus à son profit et elle constitue en soi un système légal autonome. Ces trois thèses forment le cœur d’un recueil d’articles en français et en anglais de l’avocat et enseignant à l’École de droit de Science Po Jean-Philippe Robé.

lundi, mars 6 2017

La politique pénale et les préjugés raciaux aux États-Unis

6 03 2017

La_couleur_de_la_justice.jpgDans un contexte médiatique et universitaire marqué par les controverses autour du livre d’Alice Goffman, il y aurait lieu de craindre un essoufflement des travaux sur la criminalisation des jeunes Noirs et Latinos aux États-Unis. Dans cette étude, issue d’une longue immersion dans un quartier noir de Philadelphie, A. Goffman décrit l’omniprésence de la répression policière, dont témoigne encore récemment le mouvement Black Lives Matter. Une perspective historique, dans la lignée des African American Studies, pourrait toutefois donner un nouveau souffle à ces recherches. En revenant sur l’ambivalence des politiques de lutte contre l’exclusion sociale d’après-guerre, l’historienne Elizabeth Hinton montre que la politique criminelle des États-Unis, et l’enfermement de masse qui en résulte, trouvent leur origine dans un ensemble de théories culturalistes sur la « criminalité noire ». L’ouvrage prend pour point de départ l’incarcération massive aux États-Unis et s’inscrit dans un ensemble de travaux qui en restituent les logiques ségrégationnistes et raciales.

jeudi, janvier 19 2017

Femmes violentes et bad girls

19 01 2017

mauvaises_filles.jpgPourquoi, contrairement à celles de leurs homologues masculins, les déviances de la population féminine ont-elles longtemps été tues ou ignorées par les experts ou les chercheurs – ainsi que par les agents du contrôle social qui avaient à les traiter ? D’abord parce que la part des femmes et des jeunes filles dans la délinquance enregistrée demeure, aujourd’hui comme hier, nettement moins importante que celle des hommes. Sur les dix dernières années en France, plus de 80% des personnes mises en cause par la police ou la gendarmerie sont des hommes contre moins de 20% pour les femmes. La population féminine représente 5 à 10% des individus sous main de justice – proportion qui n’a guère varié depuis le Moyen-âge – et à peine 3 à 4% de la population carcérale aujourd’hui. En bref, s’il y a des femmes délinquantes et criminelles, elles ont été et sont toujours moins nombreuses que les hommes.

Lire la suite...

samedi, janvier 14 2017

Pour aider à sortir du roman nationaliste : une autre histoire de France

14 01 2017

Histoire_mondiale_de_la_France.jpgPeut-on faire pièce aux publicistes et intellectuels médiatiques qui racontent ad nauseam une histoire de France autocentrée servant de combustible au rétrécissement du débat sur « l’identité »? C’est le pari politique et scientifique d’une Histoire mondiale de la France.
Dans un moment où « il apparaît à beaucoup désormais que la réinvention d’un“patriotisme constitutionnel” d’inspiration universaliste et ouvert à la diversité du monde pourrait être le meilleur rempart contre la régression identitaire d’un nationalisme dangereusement étriqué », la phrase de Michelet dessine les contours d’une « philosophie de l’histoire » où le monde et la France ne cessent d’interagir, même si les deux signifiants n’ont jamais la même consistance l’un pour l’autre au cours des siècles.

jeudi, janvier 5 2017

Fusillades scolaires : construction d’une catégorie et savoirs explicatifs

5 01 2017

Bowling_for_Columbine.jpgDans cet article, l’auteure présente une revue de la littérature, sous deux angles complémentaires, concernant la notion de school shooting, c’est-à-dire les fusillades commises au sein des établissements scolaires par des élèves. Elle examine d’abord la manière dont la notion a été forgée aux États-Unis au sein des débats publics en relation à une autre forme de violence juvénile, celle des gangs des milieux populaires des grandes villes, avant de constituer une forme de violence autonome, suite à l’identification de qualités spécifiques et à l’épisode meurtrier du lycée de Columbine.
Cette introduction aux discours scientifiques conduit à rendre compte des principaux modèles et variables explicatifs proposés. Face à l’internationalisation de ce phénomène de violence dans les années 2000, les limites des premières tentatives d’explication sont soulevées.

mardi, décembre 20 2016

Dérives sectaires : le rapport 2015 de la Miviludes

20 12 2016

Manipulation-secte-mental-cerveau.jpgAlors qu’il était peu évoqué dans son précédent rapport, le phénomène de radicalisation jihadiste occupe une place centrale dans celui de 2015 remis au cabinet du Premier ministre le 14 décembre dernier, par la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes).
Très largement investie sur la prévention de la radicalisation, la Miviludes n’a pas pour autant délaissé son activité classique de lutte contre les dérives sectaires. 2160 demandes et signalements lui sont parvenus en 2015, provenant pour 78 % de particuliers, pour 15 % des partenaires institutionnels, d’associations (4 %) et d’entreprises (3 %). 1597 demandes identifient clairement un mouvement, une activité ou une personne.

Photo : lagazettedescommunes.com

jeudi, décembre 8 2016

La traite des êtres humains en France

8 12 2016

la-traite-des-etres-humains-en-france.jpgÀ partir d’une enquête menée auprès des magistrats, des avocats, des policiers et des associations en charge de l’identification et de la protection des victimes de la traite des êtres humains, Milena Jakšić interroge les non-dits d’un phénomène dont les pouvoirs publics peinent à prendre la mesure.
Alors que la traite fait l’objet d’une mobilisation importante depuis les années 2000, en France, seules quelques rares affaires sont portées devant les tribunaux. Et lorsque les forces institutionnelles et associatives qui s’intéressent a cette cause parviennent à donner une visibilité aux "victimes de la traite", celles-ci sont aussitôt l’objet de suspicion en tant que femmes immigrées ou prostituées.

- page 1 de 20