Publications

Fil des billets

samedi, mars 14 2015

Critique de la raison criminologique

14 03 2015

critique_raison_criminologique.jpgSelon les pays, l’existence ou non de la criminologie comme discipline, de même que le sens qui y est donné dépendent de trajectoires historiques singulières dont il faut à chaque fois retracer les étapes et les modalités. Les batailles pour l’existence disciplinaire de la criminologie demeurent inséparables d’une promotion plus large de modes de questionnement, de catégories de pensée et de mises en récit spécifiques, c’est-à-dire d’une « raison criminologique » que ce numéro spécial de Cultures & Conflits entend interroger. Les contributions rassemblées dans ce numéro interrogent ces mises en récit en les déployant sur des terrains spécifiques. Leur format (articles, entretiens, chroniques) et l’importance de ce thème ont justifié d’en faire un numéro triple.

jeudi, mars 12 2015

Le livre noir des banques

12 03 2015

livre_noir_des_banques.pngDes centaines de milliards d’euros : c’est ce qu’ont coûté les plans de sauvetage des banques françaises après le quasi-effondrement du système financier mondial en 2008, pris au piège de ses propres folies spéculatives. Indignation de l’opinion, grandes promesses de régulation : on allait voir ce qu’on allait voir pour recadrer une finance devenue « ennemie ».
Six ans plus tard, où en est-on ? Les banques sont-elles redevenues utiles à l’économie et à la société ? C’est tout le contraire ! Elles paient toujours moins d’impôts et favorisent l’évasion fiscale. Elles continuent de spéculer sur les matières premières et financent des projets très polluants. Elles détournent l’épargne d’utilité sociale ainsi que les financements abondants et gratuits reçus de la Banque centrale européenne. Nos banques coûtent très cher à la société et constituent une véritable et dangereuse bombe à retardement. Ce livre révèle le prix exorbitant, mais passé sous silence, de leurs activités. Et permet de comprendre comment la finance, et notamment les principales banques françaises, organise cette gigantesque captation de richesse, d'une ampleur inégalée.

mardi, mars 10 2015

Les violences sexuelles d'adolescents : fait de société ou histoire de famille ?

10 03 2015

les_violences_sexuelles_adolescents.jpgDans les médias ainsi que dans les consultations, les adolescents auteurs de violence sexuelle sont de plus en plus nombreux. Ils viennent interroger les soignants dans leur clinique et leur pratique, à l'instar de la société qui a bien du mal à contenir l’émotion suscitée et à réagir au mieux en évitant la banalisation ou la précipitation.
À l’initiative du Centre ressource pour les intervenants auprès des auteurs de violence sexuelle (CRIAVS), cet ouvrage réunit des professionnels et des chercheurs venus d’horizons différents. Ils y abordent la problématique des adolescents abuseurs sexuels sous un angle à la fois anthropologique, historique, clinique, juridique, et ouvrent des perspectives soignantes sans simplification ni dogmatisme.
« Cet ouvrage tente de penser cette violence impensable pour leurs agresseurs et propose des pistes de réflexion concernant leur prise en charge dans l'espoir de les mettre sur le chemin de leur humanisation. Donner sens à ces conduites horribles pour que la sexualité ne soit pas une arme utilisée contre l'angoisse mais au contraire comme une forme de lien à l'autre et comme une des voies de la subjectivation. » François Marty.

mercredi, février 25 2015

Les droits humains en 2014 : un bilan catastrophique

25 02 2015

logo_amnesty.jpg2014 s'est révélée catastrophique pour des millions de personnes en proie aux violences. La réponse de la communauté internationale aux conflits et aux violations commises par des États et des groupes armés est scandaleuse et inopérante. Face à l'intensification des attaques barbares et de la répression subies par les populations, la communauté internationale s'est montrée absente.
La France a annoncé le 16 octobre 2013 qu’elle accueillerait 500 réfugiés de Syrie. Plus d’une année après, toutes ces personnes, parmi les plus vulnérables, ne sont pas encore arrivées. Cette lenteur et l’engagement très faible de la France n’est pas à la hauteur de l’urgence à protéger des personnes parmi les plus vulnérables. Ce n’est pas non plus un signe de réelle solidarité avec les pays voisins de la Syrie qui accueillent plus de 95% des réfugiés Syriens.
Par ailleurs, alors que le Défenseur des droits a traité en 2013 près de 1000 cas d’allégations de violences policières, plusieurs enquêtes sont actuellement en cours. Leur impartialité et exhaustivité restent source de préoccupation.

mardi, février 17 2015

Juifs et musulmans en France

17 02 2015

juifs_et_musulmans.gifLa grande originalité du livre du Maud S. Mandel est de proposer, contrairement à ce que laisse penser le sous-titre, une histoire relationnelle des musulmans et juifs en France sur une période assez longue (années 1940 – années 1990), à la fois en métropole et dans les (ex-) colonies françaises. Ce défi, largement réussi, oblige à réaliser une analyse, à la fois locale et nationale, diachronique et synchronique, des relations entre différents types d’acteurs sociaux aux intérêts différenciés : organisations « juives » et « musulmanes », populations « musulmanes » et « juives », autorités politiques françaises nationales et locales (notamment marseillaises) et acteurs internationaux (mouvements sionistes, mouvements palestiniens, États nouvellement indépendants). Ce livre se situe ainsi à la croisée de l’histoire des juifs et des musulmans en France, de l’histoire coloniale et post-coloniale et de l’histoire politique française.

jeudi, février 5 2015

Des capuches et des hommes. Trajectoires de « jeunes de banlieue »

5 02 2015

des_capuches_et_des_hommes.jpgÀ travers des entretiens avec trois « jeunes de banlieue », Radouane, Tarik et Eliott, Fabien Truong esquisse le portrait d’une jeunesse aux trajectoires ambivalentes. Le rapport aux pères, la vie dans le quartier, les études, les tentations du vol ou du deal, la relation aux filles, les rêves de famille et de pavillon loin des barres d’immeubles, la religion – improbable alliée de la République – vers laquelle on se tourne quand on sort de la délinquance, sont autant de nœuds dont les entrelacements déterminent ce que devenir un homme dans la banlieue française veut dire.
Alors que les émeutes et les faits divers embrasant les quartiers de relégation urbaine contribuent à confiner ces espaces dans la périphérie physique et mentale des villes, les polémiques qui s’ensuivent ne font que masquer la pauvreté du discours sur le problème de la délinquance juvénile, car, si l’on excepte les postures du mépris et du déni qui consistent à dire que ces jeunes sont soit partout soit nulle part, que reste-t-il dans le débat public ?

mercredi, janvier 28 2015

L'engagement des jeunes en difficulté

28 01 2015

jeunes_s_engagent.jpgLa question de l’engagement des jeunes est au cœur des discours politiques et médiatiques qui relayent l’idée d’une jeunesse désengagée, apolitique, individualiste et apathique. Ces discours ont un effet d’imposition sur la perception de leurs pratiques, le plus souvent aux dépens de la description de leur réalité et de la compréhension de leur construction. Ils ont également pour conséquences d’appréhender l’engagement de manière uniforme et de considérer comme équivalentes des pratiques hétérogènes. En parallèle se sont accentuées les injonctions à l’engagement ou à la participation dans les secteurs de l’éducation, de la jeunesse et de l’intervention sociale qui véhiculent, elles aussi, des représentations des jeunes et formulent des attentes à leur égard. Dans ce contexte où l’engagement des jeunes est à la fois critiqué et exigé, des travaux de recherche montrent qu’il n’a pas diminué, mais qu’il s’est plutôt transformé. Ainsi, dans cette période d’accroissement.

Photo : croix-rouge.fr

samedi, janvier 17 2015

La délinquance des jeunes

17 01 2015

La-delinquance-des-jeunes_large.jpgLa délinquance des jeunes constitue un thème récurrent du débat public. Loin des clichés fréquents en la matière, cet ouvrage propose un bilan des connaissances à la fois historique, sociologique et juridique. Les comportements de la jeunesse accompagnent les évolutions technologiques et sociétales, mais les différents types de délinquance identifiés par la recherche témoignent davantage de la permanence que de la nouveauté des problèmes. Les auteurs font le point à la fois sur l’histoire de ces phénomènes, sur leur mesure statistique, sur les différences entre garçons et filles ainsi que sur le phénomène des bandes. En outre, ils expliquent les nombreuses réformes de la justice et, plus largement, de la prise en charge pénale des jeunes délinquants survenues depuis l’ordonnance du 2 février 1945. Cet ouvrage intéressera autant les universitaires que les nombreux professionnels (policiers et gendarmes, magistrats, travailleurs sociaux, élus et techniciens des collectivités territoriales) confrontés au quotidien à ces problématiques.

jeudi, décembre 25 2014

L’identité nationale dans le laboratoire colonial

25 12 2014

livre_francais.pngQu’est-ce qu’être français ? Qui peut se réclamer de cette identité nationale et, à l’inverse, qui doit en être exclu ? Sur quels critères opérer une distinction entre nationaux et citoyens ? Comment contenir l’unité identitaire et culturelle de la nation ? Parce que ces questions qui tentent de circonscrire l’identité et la citoyenneté françaises face à la diversité culturelle intéressent autant notre histoire impériale que notre présent national, on ne saurait trop conseiller la lecture de l’ouvrage dirigé par l’historienne Cécile Vidal, dont l’intérêt majeur est de restituer la complexité et la profondeur historique du débat sur la francité tel qu’il s’est déployé entre colonies et métropole du XVIe au XIXe siècle.
En invitant le lecteur à revivre ce dialogue entre la métropole et ses marges coloniales (Canada, Saint-Domingue, Louisiane, Mascareignes, comptoirs sénégalais de Saint-Louis et de Gorée), les huit contributions rassemblées ici restituent, par petite touches successives et dans le souci d’une écriture de l’histoire « par le bas », la construction sociale de la nation et de l’identité nationale.

vendredi, novembre 14 2014

L'accompagnement vers l'autonomie des jeunes sortant du dispositif de protection de l'enfance

14 11 2014

logo-oned.pngÀ la demande du Ministère en charge de la Famille, l’ONED mène au second semestre 2014 une étude relative à l'accompagnement à l’âge adulte des enfants pris en charge par le dispositif de protection de l’enfance. La revue de littérature présentée dans ce document constitue le premier volet de ce travail. Elle doit permettre de dresser un état des lieux de la recherche française et internationale. Ce document comprend des fiches de lecture portant sur les recherches ayant pour objet l’accompagnement vers l’âge adulte des jeunes sortant du dispositif de protection de l’enfance. Il est introduit par une synthèse croisée reprenant les principaux apports de cette revue en ce qui concerne d’une part, les constats communs qui se dégagent de la recherche et, d’autre part, les préconisations qui sont formulées par les chercheurs.

lundi, novembre 3 2014

Chaos international et sécurité globale : le catastrophisme en question

3 11 2014

livre_berthelet.jpgNous traversons une période dangereuse dit-on. Les conflits augmentent, la grande criminalité prospère, les violences se multiplient et la petite délinquance explose. Affaibli, l'État n'arrive plus à protéger la société contre la montée des nouveaux périls: immigration incontrôlée, finance noyautée par les organismes mafieux, cybercriminalité, menaces invisibles, hybrides et transnationalisées... Le monde est décrit comme un "vaste désordre" caractérisé par l'accroissement des massacres ethniques, l'émergence de banlieues comme des territoires de non-droit, le développement d'un "terrorisme apocalyptique" et la propagation inexorable de "zones grises". Un conflit des cultures et des religions s'annonce au moment où l'Occident est en proie à une crise de valeurs. Mais que penser de ce discours sur le chaos international et sur le désordre planétaire ? Quelles conclusions tirer et comment comprendre la sécurité globale comme réponse au danger ? Au fond, nos sociétés sont-elles si menacées que cela ? Courent-elles réellement à leur perte ? Finalement, qui a intérêt à diffuser ce genre d'idées catastrophistes ? Qui s'emploie à propager cette rhétorique sécuritaire ?

vendredi, octobre 24 2014

Apprendre à coopérer avec le "synergomètre"

24 10 2014

synergometre.jpgLe Synergomètre est un dispositif pédagogique dont la finalité est d'apprendre à coopérer. Il s'inscrit dans la lignée des méthodes actives et utilise un appareil, véritable simulateur des relations au travail.
Le mot Synergomètre désigne ainsi tout autant l'approche méthodologique que l'outil pédagogique.
Chaque séance se compose de deux temps distincts :
- Un temps lors duquel le groupe est confronté à un problème à résoudre ensemble.
- Un temps de réunion/discussion où chacun va exprimer la manière singulière dont il a abordé le travail et contribué à la résolution collective. Puis, le groupe va procéder à une analyse de son travail pour en comprendre les fonctionnements et dysfonctionnements.

mercredi, octobre 22 2014

Au voleur ! Imaginaires et représentations du vol (XIXe-XXe siècle)

22 10 2014

au_voleur.jpgQuoi de commun entre l'enfant qui chaparde les cerises, l'assassin qui égorge les rentiers, le domestique indélicat, le pickpocket, le rat d’hôtel, la kleptomane, le cambrioleur ? Rien, sinon cette étiquette de voleurs qui recouvre une large variété de types sociaux et d’imaginaires. À des degrés bien différents, tous font l’objet d’une réprobation morale. Car le vol dérange l’ordre social : comme l’écrit Michelle Perrot, le XIXe siècle est animé d’une véritable « obsession propriétaire » qui ne se relâche guère avant les années 1960.
Le fait est connu, mais il reste trop souvent vu de loin. Comment prendre en compte les évolutions chronologiques dans une société qui s’enrichit et accède plus massivement à la propriété ? Comment envisager les spécificités géographiques (le voleur des villes n’est pas le voleur des champs, ni le maraudeur de banlieue) ? Comment distinguer, enfin, des groupes sociaux, des genres, des âges ? C’est tout le pari de cet ouvrage qui propose d’examiner, dans leur diversité, les imaginaires et les représentations du vol aux XIXe et XXe siècles, du Code pénal aux blousons noirs. De Jean Valjean aux Valseuses, en passant par Lupin et Bonnot, mais aussi par une foule de petits délinquants obscurs, il s’agit d’éclairer un envers de l’histoire de la France contemporaine.

mardi, octobre 14 2014

Le médicament qui devait sauver l'Afrique : scandale pharmaceutique aux colonies

14 10 2014

medecine_coloniale.jpgC'est l'histoire d'une piqûre magique, qui devait débarrasser l'Afrique d'une maladie qui décimait le continent, l'histoire d'un scandale pharmaceutique enterré par les pouvoirs coloniaux de la fin des années 1950.
Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les médecins des colonies font de l'éradication de la maladie du sommeil leur priorité. Un nouveau médicament vient d'être découvert : la Lomidine. Dans l'enthousiasme, de grandes campagnes de « lomidinisation préventive » sont organisées. La méthode connaît quelques ratés - la molécule se révèle inefficace et dangereuse - mais ils ne freinent pas les médecins, au contraire.
Ce livre montre comment les médecins s'obstinèrent à utiliser un médicament pourtant dangereux, au nom du rêve d'une Afrique libérée de la maladie ; comment la médecine a servi de vitrine à l'« humanisme » européen et de technique de surveillance et de répression. La petite histoire de la Lomidine ouvre une fenêtre sur le quotidien des politiques coloniales de modernisation, révélant leur envers : leurs logiques raciales, leur appareil coercitif, leur inefficacité constitutive, et la part de déraison inscrite au coeur du projet de « mise en ordre » de l'Afrique par la science et la technique.

Photo : etudescoloniales.canalblog.com

dimanche, octobre 12 2014

Un choc de classes sociales : des étudiants du 93 enquêtent dans les beaux quartiers

12 10 2014

voyage_de_classes.pngUne demi-heure de métro sépare les quartiers parmi les plus pauvres de France de ses zones les plus riches. Partis de Saint-Denis, dans la banlieue nord de Paris, une centaine d'étudiants ont enquêté sur trois quartiers bourgeois du VIIIe arrondissement de la capitale. Pour s'initier à la démarche sociologique, ils ont dû se familiariser avec un monde nouveau et étrange, dont les indigènes présentent des coutumes et préoccupations insolites.
Boire un café dans un palace pour observer ce qui s'y passe (et être traité comme un client illégitime), stationner dans les boutiques de luxe pour décrire leur organisation (et se faire mettre dehors), apprendre à manger un mille-feuilles à 14 euros avec des « bourgeoises », approcher des institutions prestigieuses où les femmes n'ont pas le droit de vote, se faire expliquer le Bottin mondain et l'arrangement des mariages, interviewer dans son hôtel particulier un grand dirigeant qui « fait partie de ces familles qui ont des châteaux un peu partout » : ce sont quelques-unes des expériences que ces étudiants ont vécues. En même temps qu'il leur a fallu dompter l'exotisme pour bien comprendre le milieu dans lequel ils pénétraient, ils ont dû encaisser l'humiliation des multiples rappels à l'ordre social que suscitait leur démarche. Ce livre raconte de manière crue et joyeuse les batailles livrées pour mieux connaître un monde social dominant. L'enjeu : renverser l'habitude qui veut que ce soit « ceux d'en haut » qui inspectent l'existence de « ceux d'en bas ».

- page 1 de 16