PATROUILLE DE POLICE DANS LE CENTRE VILLE A NOEL LE 20 12 2011L’année qui s’achève s’est révélée riche en informations sur le fonctionnement de la police marseillaise. Dans un premier temps, la presse a abondamment commentée ce que l’on appelle « les règlements de compte », outre l’émotion suscitée cela pouvait faire montre d’une certaine impuissance dans la lutte contre la criminalité. A l’automne, ce sont les habitants d’un quartier qui s’organisent pour évincer des nomades en dehors de tout cadre légal. Enfin il y eu l’affaire de la BAC Nord.
Évidemment, dans ce contexte, il apparaît difficile de chercher à démontrer qu’au sein de cette police il y a une unité spécifique qui se révèle particulièrement efficace et ce depuis plus de vingt ans. C’est pourtant ce que je vais essayer de faire non pas par goût pour la provocation mais plus simplement parce que ce dispositif de police hors norme pourrait se révéler être un concept d‘avenir transposable à toutes les polices locales.
Pour ce faire, je vais revenir sur les fondements de l’action de la police entre mission de police administrative et police judiciaire, pour ensuite aborder le contexte de la création et de l’installation dans le paysage policier Marseillais de l’Unité de Prévention Urbaine (UPU) et enfin j’évoquerai les raisons pour lesquelles selon moi ce dispositif policier doit entrer dans les logiques policières locales.

Photo : La Marseillaise