Bouquets_de_fleurs_lieu_attentat.jpgLe Centre d’Analyse du Terrorisme (CAT) dresse le bilan chiffré des attentats et des tentatives d'attentats entre 2013 et 2016 en Europe occidentale, en Australie, aux États-Unis et au Canada, qu'il décline selon plusieurs indicateurs : leur nombre, leur fréquence, le nombre et les caractéristiques des personnes impliquées (sexe, âge, nationalité, parcours djihadiste – passées ou non par la Syrie, velléités de départ vers ce pays), le mode opératoire, le type de cibles (militaires, forces de l’ordre, communautés confessionnelles, touristes…) ou, au contraire, l’indiscrimination des attaques. En conclusion, les auteurs font le constat de la capacité pérenne de l’EI à « inspirer » et à mobiliser, depuis son territoire menacé, ses membres ou de simples sympathisants (comme ce fut le cas pour les attentats de San Bernadino et de Nice) en Occident (vu dans la revue du CREOGN).

Photo : lindependant.fr