Livre_Mathias_Girel.jpgConflits d’intérêts, marchands de doute, influence des fondations privées… de nombreux phénomènes sont susceptibles de brouiller le discours scientifique. Les théories du complot et fausses nouvelles, phénomène réinventé ces dernières années sous le nom de fake news, se propagent aujourd’hui grâce aux réseaux sociaux. Sommes-nous actuellement en pleine crise de la connaissance ? Comment ce philantrocapitalisme, financé par le privé, perturbe-t-il le paysage de la recherche aujourd’hui ? Ces phénomènes qui brouillent le discours scientifique (surenchère médiatique, conflits d’intérêts dans l’expertise et philanthrocapitalisme) n’ont-ils pas toujours existé ? Comment améliorer ces critères de scientificité qui permettent de distinguer science et pseudoscience ?