Bien que le parlement ait voté en faveur du déploiement de l’application StopCovid, la Ligue des droits de l’Homme (LDH) continue à alerter sur les dangers pour la vie privée et les libertés que présente son utilisation. Sécurité, fiabilité, anonymat, inefficacité, discriminations, durée de conservation et effacement, consentement « faussé », acceptabilité d’une surveillance généralisée, tels sont les problèmes que pose StopCovid.
L’inventeur du Bluetooth qui permet aux appareils électroniques de communiquer entre eux alerte sur le manque de fiabilité (le Bluetooth n’a pas été prévu pour mesurer des distances entre les personnes ce qui entraîne des risques d’une part de ne pas détecter des cas positifs ou au contraire des fausses alertes (risques de demandes de tests et encombrement des services de santé), et son manque de sécurité (il devra être activé en permanence permet le piratage de toutes les données du téléphone).