Après le rapport Villani en 2018, le Président de la République a affirmé son souhait de faire de la santé l’un des secteurs prioritaires pour le développement de l’intelligence artificielle en France. C’est dans ce contexte qu’est né le projet « Health Data Hub», ayant pour objet la mise en œuvre d’une plateforme nationale de centralisation et d’exploitation des données de santé. Dans ce cadre, le public a été informé par voie de presse que l’entreprise MICROSOFT, et plus particulièrement son service de Cloud AZURE, avait déjà été sélectionnée pour assurer l’hébergement des données de santé.
Ce marché public a été attribué sans mise à concurrence. La CNAM a exprimé son désaccord sur cette solution, ainsi que le Sénat. Une centaine de chercheurs avait alerté l’opinion sur les enjeux de ce choix. Il s’agit d’un marché public particulièrement important tant de par son objet que de par son montant. C’est pourquoi l’association Anticor a décidé de saisir le Parquet national financier sur le volet non ministériel du dossier. Parallèlement, la Cour de justice de la République est saisie du volet ministériel.