Recherche - islamophobie

samedi, octobre 26 2019

Une histoire de l'islamophobie française

Ennemis_mortels.jpgPour mieux comprendre la place singulière de l’islam aujourd’hui en France, cet ouvrage étudie les représentations de cette religion et des musulmans élaborées de la fin du XIXe siècle jusqu’à la guerre d’Algérie par les élites académiques, scientifiques, littéraires et politiques.
Conçues par des personnalités souvent célèbres, diffusées par des institutions prestigieuses, ces représentations sont rapidement incluses dans de multiples ouvrages de vulgarisation. Jugé rétif au progrès, le « musulman » est décrit comme un danger protéiforme et existentiel qui menace les bonnes mœurs, la sécurité sanitaire, celle des biens et des personnes, l’avenir de la nation et de la civilisation occidentale. Ces représentations éclairent également les « politiques musulmanes » mises en œuvre par la France. Enfin, comme le montre l’auteur, ce passé affecte toujours notre présent et alimente les obsessions islamophobes de beaucoup de nos contemporains.

mercredi, septembre 18 2019

Eric Zemmour condamné pour islamophobie par la Cour de Cassation

eric-zemmour-ump.jpgEric Zemmour vient d'être définitivement condamné pour « provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes en raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée ».
L’association CAPJPO-EuroPalestine avait porté plainte contre ses propos islamophobes lors de l’émission “C à vous”, diffusée sur la chaîne de télévision France 5, le 6 septembre 2016 : « Nous vivons depuis trente ans une invasion, une colonisation, qui entraîne une conflagration », « Dans d’innombrables banlieues françaises où de nombreuses jeunes filles sont voilées, c’est également l’islam, c’est également du djihad, c’est également la lutte pour islamiser un territoire qui n’est pas, qui est normalement une terre non islamisée, une terre de mécréant. C’est la même chose, c’est de l’occupation de territoire". ",Je pense qu’il faut leur donner le choix entre l’islam et la France »

Photo : last-video.com

lundi, avril 22 2019

Légion d'honneur pour Michel Houellebecq, l'islamophobie (à nouveau) consacrée

Michel_Houellebecq_a_Madrid_le_21_aout_2014.jpgMichel Houellebecq a été fait chevalier de la Légion d’honneur par Emmanuel Macron. Une distinction que le romancier a accueillie devant une petite trentaine de convives sélectionnés par ses soins. Nicolas Sarkozy et Bruno Le Maire, du côté des responsables politiques, côtoyaient Jérôme Coumet. Teresa Cremisi, l’éditrice de Houellebecq chez Flammarion, était là, elle aussi, tout comme les romanciers Frédéric Beigbeder et Marin de Viry, ou le philosophe Alain Finkielkraut. Côté journalistes, David Pujadas est arrivé en retard, mais il s’est rattrapé en allant dîner avec l’honoré du soir. Geoffroy Lejeune et Charlotte d’Ornellas, figures de proue de l’hebdomadaire ultraconservateur Valeurs actuelles – qu’affectionne particulièrement Houellebecq – étaient bien à l’heure, eux.

Photo : 20minutes.fr

samedi, février 10 2018

L'« affaire Mennel », islamophobie ordinaire et extrême droite musulmane

La_chanteuse_Mennel.jpgUn samedi soir à la télévision française, une jeune femme s’avance et chante un magnifique Hallelujah. Les réseaux d’extrême droite s’activent : elle porte un turban. Les réseaux intégristes musulmans s’emballent : elle a le turban trop court. Les réseaux laïcards s’en mêlent : elle porte un turban quand même, elle doit bien cacher quelque chose…
On apprend donc qu’elle a tweeté des idées stupides à tendance complotiste. Très exactement ce que la plupart des enseignants de France ont entendu dans leurs classes après les attentats, en 2015 et 2016. Ni plus ni moins. Comme nous tous, Mennel est fille de son temps. La jeunesse n’excuse rien, mais elle donne au moins droit à l’erreur. Alors elle a demandé pardon.

Photo : liberation.fr

jeudi, novembre 16 2017

Un livre qui tombe à pic dans le contexte d'islamophobie actuelle

Islamopsychose_Guenole.jpegEntre haine et paranoïa, la société française se fait de sa minorité musulmane et de l’islam français une représentation collective délirante, c’est-à-dire déconnectée de la réalité. C’est ce que Thomas Guénolé appelle l’islamopsychose. Il s’attelle, dans ce livre, à pointer les erreurs et à déconstruire les préjugés assénés sur ces sujets par Manuel Valls, Éric Zemmour et bien d’autres.
La France a toujours oscillé envers ses minorités entre l’acceptation, la diabolisation et la persécution. À l’égard de sa minorité musulmane, le pays a aujourd’hui atteint un dangereux point de bascule entre diabolisation et persécution.
Terrorisme jihadiste, peur du déclin, héritage médiéval, guerre d’Algérie, conflit israélo-palestinien, identitarisme : Thomas Guénolé examine sans tabou les causes profondes de l’islamopsychose et propose des pistes concrètes de réconciliation républicaine.

mardi, novembre 22 2016

Multiplication des actes racistes et islamophobes depuis l'élection de Trump

USA-ELECTION/PROTEST-LOSANGELESL'élection de Donald Trump aux États-Unis a libéré certaines expressions de haine raciale et d'islamophobie. Durant sa campagne, Trump avait notamment promis de constituer "un fichier tous les musulmans", propos qu'il a récemment réitérés.
Cette haine est exprimée souvent par des jeunes, lycéens et étudiants, mais aussi par certains parents d'élèves et certains enseignants. Plusieurs universités signalent des incidents islamophobes. Dans la rue ou encore au guichet de certaines administrations, les témoignages de personnes "noires", "latinos" ou de femmes voilées se multiplient. Graffitis, insultes et discriminations constituent l'essentiel de cette poussée de racisme, même si on note aussi quelques agressions physiques. Certaines institutions comme le Southern Poverty Law Center tentent de centraliser les témoignages de victimes.
Actualisation : l'Association américaine des professeurs d'université vient également de publier un communiqué en ce sens.
Sources :

Photo : http://time.com/4569129/racist-anti-semitic-incidents-donald-trump/

dimanche, novembre 20 2016

Fausse géopolitique et vraie islamophobie

peur_de_l__islam.jpg"Géopolitique de la nation France" est un titre alléchant. L’un des cosignataires est de surcroît Yves Lacoste qui, en son temps, a contribué au développement de l'étude de la géopolitique en France et jouit pour cela d’un prestige réel. À la vue des intitulés de chapitre, on est tout de suite plus circonspect : « L’immigration postcoloniale au cœur du trouble » ; « L'islamisme contre la nation » ; « L’immigration, le danger islamiste » ; « Trois objets et critères de détestation : l’Amérique, le sionisme, le néocolonialisme français » ; « La conquête de l'Algérie, un cas très exceptionnel ». La lecture de l'ouvrage ne fait que confirmer le malaise. Il y a une obsession antimusulman, mal cachée derrière une dénonciation de l’islamisme. L’autre cosignataire est Frédéric Encel, lobbyiste pro-israélien bien connu.

Photo : nantes.indymedia.org

samedi, octobre 22 2016

L’islamophobie en Grande-Bretagne et aux États-Unis

Jeune_fille_voilee.jpgL’immigration et l’identité nationale sont actuellement au cœur du débat public. Avec les tentatives d’interdiction du burkini en France et la proposition de renforcer les contrôles migratoires en Grande-Bretagne suite au Brexit, la société est divisée. Ces tensions grandissantes sont aussi synonymes, pour les minorités religieuses et ethniques, d’un racisme de plus en plus marqué à leur égard, ressenti dans leur vie quotidienne.
En 2015, l’islamophobie a augmenté de 200 % en Grande-Bretagne, tandis que les attaques anti-musulmanes aux États-Unis ont augmenté de 78 %. L’islamophobie se définit comme « une hostilité injuste envers l’islam ». Cela inclut « la discrimination injuste envers des personnes musulmanes et des communautés » ainsi que l’exclusion des musulmans des affaires politiques et sociales.

vendredi, juin 10 2016

Islamophobie, culturalisme et violences envers les femmes

une-femme-tient-une-pancarte-pendant-une-manifestation-a-cologne-le-5-janvier.jpgAu mois de janvier, l’« affaire de Cologne » a déchaîné la fachosphère et réveillé l’islamophobie ordinaire d’une large partie des élites et de la population, qui suspecte que l’Islam prédispose à la violence envers les femmes. Il s’agit pourtant d’un grossier préjugé ethnocentrique ou d’une forte hypocrisie. D’autres fait divers sont là pour nous le rappeler de façon toute aussi spectaculaire.

Illustration : lexpress.fr

dimanche, avril 3 2016

Islamophobie ordinaire : le cas de la ministre Laurence Rossignol

peur_de_l__islam.jpg C’est en partie pour sa capacité à ne pas faire de vagues que Laurence Rossignol a été promue ministre des familles, de l’enfance et des droits des femmes lors du remaniement gouvernemental du 11 février. Ce talent semble envolé.
Invitée sur RMC mercredi 30 mars, elle a suscité un concert de protestations en effectuant un parallèle pour le moins hasardeux entre l’esclavage et le port du voile par les musulmanes, agrémenté de l’emploi du mot « nègre ». Mme Rossignol était interrogée par le journaliste Jean-Jacques Bourdin sur les marques de mode qui investissent le créneau du voile islamique. « Bien sûr qu’il y a des femmes qui choisissent, il y avait aussi des nègres américains qui étaient pour l’esclavage (…), répond alors la ministre. Je crois que ces femmes sont pour beaucoup d’entre elles des militantes de l’islam politique. »

Photo : nantes.indymedia.org

samedi, mai 9 2015

L'islamophobie provoque des discriminations institutionnelles et touche surtout les femmes

Photo_Marc_Laapage_Hijab.jpgComme les années précédentes, le CCIF enregistre une augmentation significative des actes islamophobes et dénonce une banalisation des discours et idéologies islamophobes dans l'espace public.
Sans surprise, les discriminations représentent les trois quarts des actes islamophobes, la plupart de ces discriminations survenant dans les institutions et services publics, à commencer par l'éducation nationale. Le CCIF estime que l'école est devenue "un haut lieu de discriminations et de discours racistes et islamophobes, en particulier après les attentats de janvier 2015".
Les femmes sont toujours les premières touchées (elles représentent plus de 80% des victimes) par ces discriminations découlant d'une islamophobie en forte recrudescence depuis les attentats de janvier.

Illustration : Marc Laapage (DR)

lundi, avril 13 2015

Antisémitisme, islamophobie, racisme anti-Roms : le rapport 2014 de la CNCDH

racisme.jpgAprès 4 années de baisse consécutive, l’indice longitudinal de tolérance en France marque une stabilisation, voire une légère progression vers plus de tolérance.
Cette légère progression vers plus de tolérance est intéressante alors que l’année 2014 ne présente pas un contexte favorable qui pourrait l’expliquer. On peut donc se demander si l’indice n’a pas atteint un « plancher », c’est‐à‐dire qu’il pourrait indiquer la part de français qui résistent aux messages racistes ou xénophobes quelles que soient les circonstances.
Toutefois, si la tolérance générale a progressé, il en va autrement de l’acceptation de certains groupes. Ainsi, des points de crispation persistent, voire s’aggravent : les résultats du sondage de 2014 font ressortir une revitalisation des vieux clichés antisémites, une persistance des préjugés anti‐Roms, un rejet des pratiques liées à l’islam dans leurs manifestations tant dans l’espace public que dans la sphère privée, et chez certains, une acception dévoyée de la laïcité comme devant faire rempart à l’islam.

Illustration : ldh-france.org

mercredi, mars 18 2015

« Si les hommes sont libres et égaux en droit, c’est à quelle heure ? »

liberte_egalite_fraternite.jpgLes attentats et les meurtres terribles du début janvier 2015 ont déclenché une onde de choc dans la société française. Celle-ci a pris une dimension singulière dans les quartiers populaires parce que ces territoires sont tout particulièrement confrontés à la montée des tensions sociales, du racisme, de l’islamophobie et de l’antisémitisme. À la suite de ces événements, une forte inquiétude s’est exprimée parmi les habitants de ces quartiers de voir monter encore la stigmatisation sociale et ethno-raciale et d’être encore montrés du doigt. Après l’imposante « mobilisation républicaine » et les multiples débats, tribunes et échanges qui ont suivi, plusieurs observateurs ont affirmé qu’il y aurait un « après », marqué, selon eux, par un élan de solidarité nationale. Mais cet après se dessinera en fonction de l’« avant » et de l’analyse qui en aura été faite.

Photo : Marc Roussel/Flickr

jeudi, février 19 2015

L’apprentissage de la citoyenneté : une question de volonté et de méthode

citoyennete.jpgLa citoyenneté ne se décrète pas, elle se construit avec méthode pour être vécue et intériorisée. La citoyenneté ne s’instaure pas au gré des circonstances, si funestes et dramatiques soient elles ; elle se construit chaque jour, patiemment et sans relâche. Il ne saurait y avoir d’injonction efficace à la socialisation, à l’intégration, à l’appropriation des valeurs et des codes. Il ne saurait y avoir d’injonction à la citoyenneté dans une approche simplement coercitive. C’est la connaissance, le partage et l’expérience des valeurs qui en sont le substrat et qui nous aident, à partir de notre diversité, à faire France. Plus que des incantations, il faut donc travailler à rendre concrètes ces valeurs, dans la réalité des conditions de vie de celles et ceux pour qui elle fait peu ou insuffisamment sens. Telle sont les convictions qui animent depuis quinze ans l’association « Éducation et Citoyenneté par le Dialogue ». Son expérience serait plus qu’utile et bénéfique dans un grand nombre de nos quartiers.

Lire la suite...

lundi, octobre 6 2014

Pour les musulmans

livre_plenel.png"Il y a un problème de l'islam en France", n'hésite pas à proclamer un académicien (A. Finkielkraut), regrettant même "que l'on abandonne ce souci de civilisation au Front national". À cette banalisation intellectuelle d'un discours semblable à celui qui, avant la catastrophe européenne, affirmait l'existence d'un "problème juif" en France, ce livre répond en prenant le parti de nos compatriotes d'origine, de culture ou de croyance musulmanes contre ceux qui les érigent en boucs émissaires de nos inquiétudes et de nos incertitudes. L'enjeu n'est pas seulement de solidarité mais de fidélité. Pour les musulmans donc, comme l'on écrirait pour les juifs, pour les Noirs et pour les Roms, ou, tout simplement, pour la France.
« Si l'antisémitisme resurgit périodiquement, en relation avec les événements du Proche-Orient, s'il mine toujours une partie de notre société, il ne figure plus dans le discours des responsables publics. Et lorsque c'est le cas, on parle de "dérapage". Rien de tel avec l'islamophobie, qu'un éditorialiste très établi pouvait, en 2003, revendiquer comme une légitime "opinion". Et lorsqu'on demande à Manuel Valls, encore ministre de l'Intérieur, quels sont les trois défis des dix prochaines années, il cite "l'immigration, la comptabilité de l'islam avec la démocratie, et le regroupement familial". C'est à dire, à peu de choses près, trois fois l'islam » (Denis Sieffert, Politis, 25/09/2014).

- page 1 de 3