Keyword - Histoire de la police

Fil des billets

dimanche, mai 12 2019

Les raisons de la grande déprime des policiers, vues par l'un d'entre eux

prevention_suicide_police.jpgPour la première fois dans l'histoire de la Police, il semble que chacun s'accorde à dire que les personnels des forces de sécurité sont épuisés. Selon l'origine de l'information le constat diffère quelque peu mais le fait est acté. Évidemment les premiers concernés ne pouvant s'exprimer librement de par leur devoir de réserve, il faut se fier aux communicants autorisés. Du côté du pouvoir, la fatigue serait physique à cause des missions liées au terrorisme et d'une mission d'ordre public intensive liée aux « gilets jaunes ». Du côté des syndicats, on ne commente pas trop ce qui se révèle être la démonstration d'une énorme carence des structures en charge de la défense de l'intérêt des personnels.

Lire la suite...

mardi, février 1 2011

« Ce gouvernement a terriblement besoin de la police » (interview de J-M Berlière)

Photo_CRS_Martin_Le_Roy_flickr.jpgBrice Hortefeux a reculé. Lundi soir, au cours d'une réunion de crise, le ministre de l'Intérieur a promis que les huit compagnies de CRS (sur 61) qui devaient fermer « pour réaliser des économies budgétaires » seraient maintenues. Depuis une semaine, les policiers manifestaient leur inquiétude. Des CRS lyonnais s'étaient mis en arrêt maladiemercredi 26 janvier, imités quelques jours plus tard par une partie de leurs collègues alsaciens. Les CRS marseillais avaient choisi d'entamer une grève de la faim ce week-end et leurs homologues gascons de Lannemezan avaient cessé de dresser des contraventions. Finalement, seuls 280 postes seront redéployés « vers des missions de sécurité publique sur le terrain ». Faut-il s'étonner de ce recul rapide du gouvernement ? La mobilisation de CRS a-t-elle un sens particulier ? Eléments de réponses avec l'historien des polices Jean-Marc BERLIERE, professeur émérite à l'université de Bourgogne et chercheur au CESDIP.