Keyword - Jeunes

Fil des billets

jeudi, avril 14 2011

Les deux usages du mot « racaille » : une observation de terrain

Photo_David_Puaud.jpgJe travaille en tant qu’éducateur de rue dans un quartier d’une ville moyenne de province. Ce matin, en consultant le journal local, un fait divers m’interpelle. Il est intitulé : « Mais qui signe sur les panneaux de direction ? ». En effet, depuis quelques jours de mystérieuses inscriptions apparaissent sur des panneaux indicateurs signalant la direction du collège du quartier. L’une d'elles apparaît comme une signature : « les Rakaille » (voir notre photo). Apposée sur un panneau de direction entre le collège et le centre du quartier, elle n'est pas anodine.
Depuis 2005 je constate sur le terrain que le terme « racaille » fait l’objet d’un double usage. Ce substantif est perçu comme une marque de mépris de manière globale, mais il est également utilisé comme une marque de reconnaissance par certains groupes de jeunes.

Lire la suite...

mardi, février 8 2011

Les jeunes : moins d'alcool mais plus d'ivresse

Photo_alcool_par_Trellina_sur_Flickr.jpgLe paradoxe traduit le rapport qu’entretiennent les nouvelles générations avec l’alcool. Si sa consommation baisse, les ivresses occasionnelles progressent.
L’initiation à l’alcool en France ne se démarque pas des autres pays occidentaux : c’est le produit psychoactif le plus diffusé. Les résultats de l’enquête Escapad 2008 mettent en évidence qu’un peu moins de 8 jeunes sur 10, âgés de 17 ans, déclaraient avoir consommé de l’alcool au cours des trente derniers jours. En France, la consommation d’alcool par les jeunes a surtout lieu le week-end, entre amis, à des moments festifs, la plupart du temps dans un domicile privé, un peu plus rarement dans des débits de boissons, mais aussi dans les lieux ouverts (rue, parc…). À cette consommation régulière d’alcool s’ajoute un autre mode de consommation, spécifique aux jeunes : l’ivresse alcoolique. À 16 ans, un peu moins de la moitié des jeunes déclarent avoir déjà été ivres au cours de leur vie, plus d’un tiers au cours des douze derniers mois et 3,5 % au moins 10 fois au cours de cette même période. Toutefois, il est important de souligner qu’en 2007, comparativement aux jeunes Européens, les jeunes Français âgés de 16 ans font partie de ceux qui déclarent le moins souvent avoir été ivres au cours des douze derniers mois. À 17 ans, les comportements d’ivresse sont globalement stables ces dernières années.

lundi, décembre 20 2010

Les jeunes, premières victimes de la crise

logo_alter_eco.gifLes jeunes générations sont-elles "déclassées" ? Vont-elles connaître un destin social moins favorable que leurs aînées ? La récession a relancé le débat. La réponse dépend des instruments de mesure utilisés. Sur la durée, nos sociétés continuent de s’enrichir, ce qui profite aux générations qui se succèdent. En outre, les mobilités sociales ascendantes demeurent, pour le moment, plus nombreuses que les mobilités descendantes. Mais les jeunes générations n’ont pas rêvé : le déclassement est loin d’être un fantasme. Les mobilités descendantes s’accroissent, les mêmes diplômes ne permettent plus d’accéder aux mêmes emplois et les conditions d’emploi se sont nettement dégradées. Les jeunes subissent bien plus lourdement que les générations précédentes les conséquences de la crise.