Keyword - Magistrature

Fil des billets

vendredi, février 11 2011

Le pouvoir, les juges, et la démocratie

Image justiceFait exceptionnel, dans toute la France de très nombreux magistrats ont décidé de suspendre leur activité pendant plusieurs jours et de ne plus traiter que les affaires urgentes, ceci à cause de récentes et virulentes attaques du pouvoir politique. Fait plus inhabituel encore, la haute hiérarchie, habituellement prudente, a également pris position. Mais aujourd'hui il faut aller plus loin que la surface des choses, qui peut être trompeuse, et chercher plus profondément ce qui se joue derrière tout cela, et qui intéresse, on le verra, non seulement la petite collectivité judiciaire mais l'ensemble du peuple français. Si le mouvement de protestation des magistrats n'était qu'une réaction d'orgueil après une énième critique du pouvoir politique, elle ne mériterait sans doute pas que l'on s'y arrête bien longtemps. Il en va de même s'il n'était question que de moyens matériels et humains. Chacun sait qu'à cause des restrictions budgétaires les services publics ne peuvent souvent plus assurer la qualité de leurs prestations, et il en va dans la justice comme dans les autres. Non, le mal est beaucoup plus profond. C'est pourquoi il faut nous plonger dans ce qui ressemble à une vaste opération de manipulation de l'opinion publique, dont il faut tenter de décortiquer la mécanique.

mardi, janvier 11 2011

Justice : état d'alerte

Logo de l'USM Signalé rapidement dans la presse au mois de novembre dernier (voir la dépêche AFP), le "Livre blanc" sur l'état de la justice de l'Union Syndicale des Magistrats (USM) est enfin publié sur le site de ce syndicat (majoritaire chez les magistrats). Le bureau de cette association a visité plus de 165 juridictions en 9 mois. Le bilan est particulièrement alarmiste. Le syndicat diagnostique "l’existence d’une profonde crise dans la magistrature, crise morale, crise financière, crise juridique". Il met notamment en cause "le manque de reconnaissance de notre travail", "les attaques et les critiques récurrentes sur les décisions que nous rendons", "un budget notoirement insuffisant depuis des années, qui conduit à des baisses drastiques d’effectifs tant côté magistrats que côtés fonctionnaires, à l’incapacité de faire face aux dépenses courantes, à faire travailler les personnels de justice et accueillir les justiciables dans des locaux souvent indignes", ainsi bien sûr que "l’avalanche de textes, de propositions ou de projets de lois, faisant souvent fi des principes généraux du droit et des standards européens qui devraient pourtant guider toute réforme dans un pays démocratique". Ce travail mérite une lecture détaillée.