Keyword - Mineurs délinquants

Fil des billets

jeudi, mai 15 2014

L’évolution de la délinquance des mineurs et de son traitement pénal

cahiers_dynamiques_58.jpgLa délinquance juvénile, son augmentation supposée, sa violence réputée croissante et son rajeunissement présumé se sont imposés comme des thèmes centraux dans le débat public et dans l’agenda politique depuis le début des années 1990, en France comme dans de nombreux autres pays européens. Au point de constituer une peur collective suscitant parfois même de véritables petites « paniques morales » lorsque médias, politiciens et groupes de pression joignent leurs discours et leurs actions, par exemple dans l’affaire des « tournantes » (viols collectifs) au début des années 2000. Par ailleurs, cette idée d’une augmentation constante de la délinquance des jeunes rencontre aussi un préjugé favorable dans une partie de la population générale dont elle alimente le « sentiment d’insécurité ». La tentation est alors grande chez certains de nos concitoyens d’interpréter toute évolution dans le sens négatif d’une dangerosité potentielle voire d’une décadence morale. Les discours sur les films que regardent les jeunes, sur les jeux vidéo qui les occupent ou encore sur les musiques qu’ils écoutent, en fournissent de nombreux exemples. Enfin, les médias diffusent régulièrement des chiffres sensés illustrer cette évolution, mais qu’ils utilisent le plus souvent comme des arguments d’autorité et non comme des éléments d’analyse. C’est l’ensemble de ce cadre imposé dans le débat public qu’il faut pourtant sinon remettre en question du moins mettre en parenthèses pour tenter de réfléchir posément et sérieusement.

mercredi, mai 4 2011

Journal de bord d'un chef de service éducatif (épisode 1)

Photo_melystu_flickr.jpgNous publions ici un document inédit : le premier épisode du journal de bord d'un éducateur à la Protection Judiciaire de la jeunesse (PJJ), responsable d’un centre éducatif renforcé (CER), avec lequel nous échangeons depuis plusieurs mois mais dont nous ne pouvons pas révéler le nom afin de ne pas l'exposer à des représailles administratives.
Son témoignage est remarquable à deux titres. D'abord par le rappel qu'il fait des éléments nécessaires à la réalisation, dans ce type de structure, d'un travail éducatif avec les mineurs auteurs d'actes de délinquance. Ensuite par l'analyse précise et concrète qu'il propose de la dégradation des conditions de travail actuelles à la PJJ comme dans d'autres administrations : management par le chiffre (nombre de jours de prise en charge, « taux de remplissage » des foyers, coût de telle ou telle action éducative, etc.), utilisation des structures pour des accueils d'urgence sans égard pour les conditions du travail éducatif avec un groupe de jeunes, inadaptation des locaux... Le constat est sombre même s'il n'est pas représentatif de la diversité des situations existantes. Pourtant l'auteur ne désespère pas. La suite de son témoignage dira comment il tente malgré tout de faire son travail d'éducation.

mercredi, avril 27 2011

Triste au revoir : le dernier rapport de la Défenseure des enfants

Photo_dalbera_flickr.jpgMardi 26 avril, c'était donc le dernier rapport rendu par la Défenseure des enfants.
Comme chaque année un thème central est retenu : cette année, la prise en charge en cancérologie des mineurs. Et, comme d'habitude, un état des lieux est fait des dossiers prioritaires suivis par la défenseure.
Cette année, la défenseure a souhaité faire le point sur deux sujets qui ont marqué son existence depuis 2000 : les mineurs délinquants et les mineurs étrangers isolés.

Lire la suite...

mercredi, avril 20 2011

Les mineurs délinquants menacent-ils la société française ?

Photo_anw.fr_flickr.jpgA l'issue du Conseil des ministres de mercredi dernier, le ministre de la Justice a annoncé qu'il déposait au parlement un « Projet de loi sur la participation des citoyens au fonctionnement de la justice pénale et le jugement des mineurs ». La question des jurés en correctionnelle est beaucoup discutée ces jours-ci. Mais n'oublions pas le second volet : la justice des mineurs. Une fois de plus, cette dernière est sur la sellette et, une fois de plus, un loi entend réformer c'est-à-dire durcir la fameuse Ordonnance de 1945 (qui, à force, ne ressemble plus guère à ce qu'elle était en 1945...).
Le processus est bien rodé : depuis la loi Perben I de 2002, il a fonctionné en moyenne une fois chaque année, sans compter les initiatives parlementaires inabouties (la dernière émane du groupe de la « droite populaire »). Et, à chaque fois, le premier argument est le même : les statistiques policières indiquent que le nombre de mineurs « mis en cause » par les forces de l'ordre ne cesse d'augmenter. Or cette affirmation est une sorte de vraie-fausse information, et à tout le moins une vérité totalement tronquée. Pour trois raisons.

Lire la suite...

lundi, janvier 24 2011

Justice des mineurs : l'enfance au tribunal (documentaire)

Image justiceDepuis 2007, les juges des enfants attendent avec inquiétude la grande refonte de la justice des mineurs que le gouvernement ne cesse d'annoncer. Car réforme après réforme, ils ont vu l'ordonnance de 1945 grignotée et ses principes remis en cause : le pari de l'éducation, l'enfant envisagé dans son devenir, la singularité de la justice des mineurs. Le vent a en effet déjà commencé à tourner pour les mineurs délinquants, entre des Parquets plus répressifs et des moyens de prises en charge réduits à une peau de chagrin. Et l'approche de l'élection présidentielle risque de laisser sourdre de nouvelles vagues répressives.
Ce documentaire a été réalisé au Tribunal pour enfants de Créteil. Trois adolescents, trois parcours, des faits mineurs ou des faits graves, trois adolescents dont les voix laissent transparaître l'enfance toute proche. Trois dossiers qui laissent percevoir derrière des faits parfois très désagréables des enfances difficiles, des familles à la dérive, des adolescents en souffrance.
Le documentaire laisse entrevoir le travail complexe de ces magistrats qui persistent à regarder ces adolescents comme des êtres en devenir, s'en sentent responsables, croient profondément à leur capacité de changement. Leur posture nous renvoie à nos préjugés : pourquoi avons-nous si peur de nos enfants ? Pourquoi ne voulons-nous plus en être responsables collectivement ?