La_facho-sphere.jpgMalgré les oppositions et les exclusions qu’elle rencontre, une partie de la mouvance d’extrême droite, comme par exemple « Mobilisation générale » (voir ici) est très intéressée par Nuit Debout, comme l’illustre le mode d’emploi (voir ici) pour infiltrer et troller ND. La gauche au pouvoir, la loi d’urgence, la loi travail, les attentats forment un cocktail qui réjouit la frange souverainiste, anti-européenne, antimondialiste et antilibérale de la fachosphère qui voit dans la critique des élites, dans la volonté d’une démocratie citoyenne, un terrain commun et l’espoir de confondre les luttes (voir ici). C’est ce qui fait du bouillonnement citoyen un deuxième terrain de choix pour ses militants, comme l’a illustré un weekend dénommé Synergie démocratique, les 16-17 avril 2016, auquel environ 5 organisations d’extrême droite ont pu mêler leurs militants à la trentaine de mouvements présents, malgré les mises en garde (voir ici) et protestations adressées aux organisateurs et participants (Billet d'Antoine BEVORT).

  • Sur la Fachosphère, lire aussi :

- « La fachosphère s’expatrie pour échapper à la justice » (Le Monde, 20 mai 2016)
- Robin D'Angelo et Mathieu Molard, Le système Soral. Enquête sur un facho business (Calmann-Levy, 2015).
- Frédéric Haziza, Vol au-dessus d’un nid de fachos. Dieudonné, Soral, Ayoub et les autres (Fayard, 2014).
- L. Boltanski et A. Esquerre Vers l'extrême. Extension des domaines de la lutte (Dehors, 2014).
- Jean-Loup Amselle Les nouveaux rouges-bruns. Le racisme qui vient (Lignes, 2014).
Illustration : owni.fr