Après avoir depuis des mois affirmé la non-dangerosité de son pistolet à impulsion électrique, la société Taser International a publié le 12 octobre 2009 un bulletin d’information reconnaissant le risque d’accident cardiaque. Elle avait en cela été précédée par le Conseil d’Etat qui, le 2 septembre 2009, avait annulé le décret autorisant l’emploi par les agents de police municipale de ce pistolet, au motif notamment que « le pistolet à impulsion électrique constitue une arme qui inflige des souffrances aiguës. en cas de mésusage ou d’abus, ses utilisateurs peuvent relever des cas de traitements cruels, inhumains ou dégradants (…) l’emploi des pistolets à impulsion électrique comporte des dangers sérieux pour la santé, résultant notamment des risques de trouble du rythme cardiaque (…) que ces dangers sont susceptibles, dans certaines conditions, de provoquer directement ou indirectement la mort des personnes visées ».
Lire la suite