La production mondiale de cocaïne a atteint un nouveau plus haut historique avec près de 2 000 tonnes en 2017, tandis que celle d’opium connaît un recul inédit, annonce l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) dans son rapport annuel. A 1 976 tonnes, la production de cocaïne a connu un bond de 25 % par rapport à 2016, année où elle avait déjà augmenté d’un quart, selon les estimations de cette agence basée à Vienne. L’essor de la cocaïne, absorbée principalement par les marchés d’Amérique du Nord et d’Europe, est notamment lié à l’extension des cultures et des capacités de production en Colombie. Dans ce pays assurant quelque 70 % de la production mondiale, les surfaces d’arbres à coca ont progressé de 17 % en 2017, une conséquence de l’accord de paix conclu en 2016 avec les FARC, qui a paradoxalement permis à des groupes criminels de prospérer sur des territoires auparavant contrôlés par cette guérilla.