Le 19 mars, Donald Trump présentait en conférence de presse l'hydroxychloroquine (HCQ) comme un traitement pouvant « changer la donne » contre le coronavirus. Son principal conseiller à la santé Anthony Fauci, directeur du National Institute of Allergy (NIAID), affichait toutefois son désaccord quelques jours plus tard en prenant au contraire parti pour le Remdesivir. La nouvelle molécule de Gilead Sciences était déjà testée par le NIAID depuis le 21 février, tandis qu’il aura fallu attendre le 2 avril pour que des essais concernent l’hydroxychloroquine, sur des malades nécessitant une hospitalisation. L’intérêt qui se manifeste ces derniers jours en France pour le Remdesivir n’est pas un hasard. Il débarque des États-Unis, grâce au concours des médias. Décryptage.