Reforme_globale_de_la_sante.jpgLa première leçon concerne la restructuration de l’hôpital, dont la crise du Covid19 a démontré la forte réactivité, la capacité d’innovation et de mobilisation de l’ensemble des ressources lorsqu’il est libéré du carcan managérial et technocratique habituel. Pour que cette situation devienne la norme et non l’exception, trois mesures sont à prendre.

La prise de contrôle de la gouvernance du système de santé par l’administration française a conduit le système à fonctionner selon les deux grands principes de cette dernière, déjà décrits par Michel Crozier dans les années 80. Sortir de cette gouvernance technocratique centralisée (représentée par les CNP, ARS, GHT…) est la véritable rupture à opérer dans la réforme systémique. Il faut définir dans la loi, de façon napoléonienne, des territoires géographiques de santé à l’échelle desquels une démocratie sanitaire pilotera l’offre de santé au plus près des besoins de santé.